Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
L'actu
novembre 2021
Synthèse du 103e Congrès

François Baroin soutient la « légitime défense » des collectivités contre un « Etat centralisateur »

Le président sortant de l'AMF a exhorté son successeur à « défendre les libertés locales », le 16 novembre, à l'occasion de son dernier discours devant les congressistes.

Xavier Brivet
Illustration
© Arnaud Février

« Je me suis engagé à la présidence de l’AMF en 2014 car je ne supportais plus le discours anti-élus, stupide et dangereux », a confié François Baroin, le 16 novembre, devant le 103e Congrès de l’AMF. Sept ans plus tard, à l’occasion de son dernier discours prononcé en tant que président de l’Association, le maire de Troyes, qui restera aussi président de l’Association départementale des maires de l’Aube, a conservé intacte sa volonté de défendre le fait communal et les maires. A quelques heures de l’élection de son successeur dont le nom sera connu mercredi 17 novembre en milieu d’après-midi, il a exhorté l’équipe qui lui succèdera à «défendre les libertés locales », à «préserver l’identité et la clause de compétence générale des communes » et à participer à l’élaboration «d’une nouvelle organisation des pouvoirs publics ». 


François Baroin a rendu un vibrant hommage aux maires en rappelant que «dans les périodes de crises, à la suite des attentats terroristes, lors de la crise des gilets jaunes et durant la crise sanitaire, quand la France est menacée, les maires, aux côtés de l’Etat, s’efforcent toujours de préserver la sécurité et la santé des Français. Vous pouvez être fiers de ce que vous avez fait avec vos équipes ! », a-t-il lancé à l’attention des congressistes.


« L’Etat doit tirer les conséquences de la crise sanitaire »


Il s’est félicité que durant son mandat de président, «l’AMF a remis le maire au cœur de la République ». Et a estimé que l’Association est dans la «légitime défense des communes » lorsque «l’Etat ampute les dotations des collectivités, encadre la dépense locale, réforme l’APL en provoquant une crise du logement social, nationalise la fiscalité locale en supprimant la taxe d’habitation ». 


Evoquant la crise sanitaire, François Baroin a estimé que les communes «ont compensé les défaillances de l’Etat qui apportait une réponse hospitalo-centrée ignorant la médecine de ville et la proximité » incarnée par les maires qui ont «assuré la logistique, de la fourniture des masques et des tests à l’organisation des vaccinodromes en passant par le soutien aux plus démunis et aux entreprises ». Le président de l’AMF a demandé à l’Etat de tirer les conséquences de cette crise en engageant «de nouveaux transferts de compétences aux collectivités dans le domaine de la santé, notamment en matière de gestion du patrimoine hospitalier par les régions et dans le domaine du médico-social qui devrait être transféré à 100 % aux départements », tandis que «les maires devraient être partie prenante d’un conseil d’administration rénové des hôpitaux ». Il prône également le transfert aux communes de nouvelles compétences de proximité «sur le logement, la culture, le sport, le tourisme, l’emploi ».


Pour son dernier discours en tant que président de l’AMF, François Baroin a confié aux congressistes que «cette responsabilité a été la plus belle, la plus forte, la plus intense qu'il m’ait été donnée d’exercer. (…) La solidarité des maires, leur force, leur engagement pour la République sont inestimables et doivent être préservés. Je ne serai jamais loin ». Les maires lui ont réservé une standing ovation.   
 

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).