Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
octobre 2019
Europe

Les municipalités allemandes encadrent les e-trottinettes

Elles ont conclu, fin août, un mémorandum avec les loueurs "d'e-scooter" pour garantir davantage de sécurité et limiter le stationnement sauvage.

Nathalie STEIWER
Illustration
© Peeradon/AdobeStock
L’Allemagne a autorisé, le 15 juin, la circulation des trottinettes électriques uniquement sur les routes et pistes cyclables et pour les plus de 14 ans. Mais, comme en France (où du reste un décret en instance de parution doit encadrer leur utilisation), l’apparition de ces engins dans les villes a soulevé une vague d’enthousiasme suivie de cuisantes désillusions. Engins garés au milieu des pistes cyclables ou sur les trottoirs, conduite en état d’ivresse, slalom dans les zones piétonnes, collisions…, une campagne de verbalisation dans les villes de Mannheim et Heidelberg a engendré pas moins de 233 contraventions, alors que les trottinettes électriques ne sont autorisées que depuis juin 2019 en Allemagne. 

Protocole d’accord
Fortes de ce constat, les associations d’élus locaux ont conclu, le 29 août, un accord avec les principaux loueurs de «e-scooter », comme ils s’appellent outre-Rhin : les américains Circ et Lime, l’allemand TIER et le suédois Voi. Cet accord volontaire dessine un cadre de négociation à décliner au niveau local lors de la définition des contrats. Les premières semaines qui se sont écoulées depuis l’autorisation des trottinettes électriques «ont montré qu’il faut à la fois des directives plus claires de la part des municipalités et une bonne communication de la part des fournisseurs », constate Gerd Landsberg, directeur général de l’Association allemande des villes et municipalités (Dstgb). 
Les principaux points de ce «protocole » d’accord portent sur la mise en place de stations de location fixes dans des zones marquées pour éviter le stationnement sauvage, la prise en charge par les loueurs des coûts d’élimination des engins cassés ou encore la recherche de solutions techniques pour bloquer les trottinettes dans certaines zones «interdites ». Les associations d’élus réclament également davantage de données sur les véhicules effectivement en circulation et les distances parcourues.

« Les communes sont ouvertes à ces nouvelles formes de mobilités, souligne Helmut Dedy, directeur général du conseil des villes allemandes (Deutscher Städtetag). Les e-scooter peuvent avoir un impact positif sur l’environnement s’ils remplacent effectivement les voitures individuelles. » Cet impact est toutefois mis en doute par l’Agence allemande pour l’environnement (UBA). « La plupart des trajets sont extrêmement courts et auraient pu être faits à pied, en bus ou à vélo », a remarqué la présidente de l’UBA, Maria Krautzberger en présentant les résultats d’une analyse, le 2 septembre. Pour l’UBA, ces trottinettes auraient surtout du sens pour parcourir les derniers kilomètres hors des grands centres urbains, là justement où elles ne sont pas proposées.
 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°372 - octobre 2019
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).