Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
octobre 2019
Développement économique

Un pôle de vie pour animer la commune

Tréveneuc (Côtes d'Armor, 785 habitants). Cinq ans auront été nécessaires pour rendre le centre-bourg plus accueillant, en réunissant commerces et équipements publics.

Frédéric VILLE
Depuis 2017, en face de la mairie et de l’église, de nouveaux bâtiments à ossature bois abritent des commerces et équipements publics. Ils animent la place du village dont l’espace de vie, agrémenté de cheminements, de quelques plantations, et d’une perganda (entre la pergola et la véranda), jouxte la boulangerie. « Il y a quinze ans, nous n’avions qu’un bar-tabac et une boulangerie, et leurs bâtiments annexes en piteux état », se souvient le maire Marcel Serandour. La commune acquiert en 2005 l’ensemble bâti et le foncier pour 100 000 euros. Elle s’entoure ensuite des compétences nécessaires. Avec l’association BRUDED, réseau d’échange d’expériences de développement local durable entre collectivités bretonnes (1), les élus visitent des exemples réussis de rénovation de centre-bourg. 
L’architecte-conseil du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) des Côtes d’Armor (2) anime en mairie, pendant l’été 2012, une démarche participative : « Alice Pansart reçoit ainsi au cours de 28 entretiens les habitants deux matinées par semaine pendant six semaines, ma­quette du bourg à l’appui », précise le maire. Il s’agit de prendre en compte les informations, remarques et critiques des usagers. Quatre demandes principales émergent pour le bourg : réhabilitation des commerces actuels, construction de logements, d’équipements culturels et demande d’espaces extérieurs publics et d’itinéraires piétons. 
Un groupe de travail composé d’élus et d’habitants se met alors en place et décide de la démolition de l’existant. L’appel à projets en 2013 sélectionne parmi 28 candidats le cabinet Nunc à Saint-Brieuc. La reconstruction du bar-tabac et de la boulangerie est entérinée, avec de nouveaux équipements : une cantine scolaire, une bibliothèque et trois logements. « Nous n’avons pas tout rasé en même temps pour que les commerces existants (dépôt de pain et bar) ne ferment pas », explique le maire. 
L’opération aura donc nécessité cinq ans de travail, dont deux ans de travaux entre 2015 et 2017, pour un montant de 1,86 million d’euros, hors foncier. La commune en a financé la moitié, par autofinancement et par un emprunt ; l’État, la région Bretagne et le département des Côtes d’Armor un tiers ; la communauté d’agglomération de Saint-Brieuc a investi 300 000 euros (prêt) pour le bâtiment de la boulangerie.

Fréquentation et chiffres d’affaire en hausse
« Il ne faut pas aller contre la population, retient le maire. On a de fait, à sa demande, redonné de l’espace à notre centre-bourg. » Ainsi, le déclassement de petites voiries et l’achat d’une petite partie de terrain aux propriétaires du château voisin ont permis de gagner de la place pour aménager un ensemble cohérent. Voilà qui contribue à attirer les joueurs de pétanque, les clients du bar dont « le chiffre d’affaires a plus que doublé » selon le maire, et les randonneurs (sentier des douaniers à 800 mètres) qui stationnent sur le parking de la commune ou font le détour par le village. Lors de la cérémonie du 11 novembre, 1 000 personnes ont pu se regrouper sur la place qui accueille aussi des groupes de musique le week-end, l’allée du château étant sollicitée pour les fêtes et vide-greniers. Cerise sur le gâteau, « 24 permis de construire ont été déposés en 2018, ce sera plus en 2019. Parmi eux, les 26 lots du lotissement communal sont partis en huit mois », se félicite Marcel Serandour. Certes, la commune bénéficie de la proximité du littoral. Mais c’est bien elle qui a reçu le label Éco-Quartier en décembre 2017 et c’est encore elle qui, sans jamais n’en avoir eu avant, vient d’attirer un médecin.     

(1) www.bruded.fr/ 
(2) www.caue22.fr/


Un médecin s’installe 
Depuis janvier 2019, Tréveneuc a un médecin. Quand le maire apprend en juillet 2018 que le praticien recherche un cabinet, il lui propose aussitôt de faire un tour dans le bourg. L’ancien presbytère conviendrait, mais il est occupé par un locataire. Un autre logement est donc trouvé pour le locataire. 
Entretemps, le maire sélectionne les entreprises pour son projet urgent de réhabilitation. Les travaux se terminent fin novembre 2018. Le médecin, qui paie 500 e par mois de loyer, a été séduit pour trois raisons : le cabinet est situé à 1,5 km de chez lui, la beauté du bourg ainsi que la réactivité de la mairie. « Les maisons médicales, très chères, ne sont pas nécessairement la panacée », explique-t-il. En précisant toutefois que le fait d’être connu pour avoir exercé à Plouha, voisine de Tréveneuc, l’a aidé à franchir le pas.
 
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°372 - octobre 2019
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).