Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
L'actu
juin 2020
Environnement Europe

De la ferme à la table au c"ur du pacte vert

Produire et consommer autrement, enrayer la perte de biodiversité : la Commission présente deux stratégies dont les territoires doivent maintenant se saisir.

Isabelle SMETS
Illustration
© Rémy MASSEGLIA / Adobestock
Un des objectifs est de réduire l'utilisation d'engrais de 20 % d'ici 2030. La communauté propose, depuis 2017, deux véhicules électriques en autopartage.
Un quart des terres agricoles affectées à l’agriculture biologique, une baisse de 10 % des surfaces cultivées, une réduction de moitié de l’utilisation des pesticides, de 20 % du recours aux engrais, de 50 % des ventes d’antibiotiques destinés aux élevages. Ces objectifs à l’horizon 2030 figurent dans une stratégie « De la ferme à la table » (1) présentée par la Commission européenne, le 20 mai, qui entend bouleverser la manière dont nous produisons, achetons, consommons. Une stratégie présentée en même temps qu’une autre feuille de route en faveur de la biodiversité qui, elle, dit l’intention de la Commission d’élargir le réseau de zones protégées en Europe – en y englobant notamment toutes les forêts primaires et anciennes – et de fixer des objectifs contraignants de restauration de la nature. Bruxelles y appelle aussi toutes les villes de plus de 20 000 habitants à se doter de plans d’écologisation de l’espace urbain.
Applaudis ou sifflés – la FNSEA considère que ces textes « conduiront l’agriculture européenne dans une impasse » tandis que la réseau Coordination rurale parle de « dérapage » –, il ne s’agit à ce stade « que » de stratégies qui sont au cœur du pacte vert pour l’Europe (Green deal). 

Un système durable

Le cap est fixé, mais les déclinaisons législatives arriveront plus tard, surtout au cours des deux prochaines années. En attendant, les deux documents vont faire leur chemin au sein des institutions de l’UE, être débattus par les États au Conseil des ministres, par les eurodéputés, par les représentants locaux et régionaux via le Comité européen des régions. Autant d’étapes qui détermineront la manière dont elles seront déclinées en objectifs contraignants par la suite.
Des étapes au cours desquelles les régions et collectivités ont tout intérêt à se faire entendre. Car comme l’a fait remarquer la Nouvelle-Aquitaine lors de la consultation qui a précédé l’adoption de la stratégie « De la ferme à la table », sa réussite dépendra en grande partie de son appropriation par les acteurs du territoire. « Sans ce lien aux territoires, que les régions sont à même de porter (…), il n’y aura pas de véritable transition des systèmes agricoles et alimentaires. » Un message qui est venu de régions en Europe. « Toutes les démarches de transition agricole, halieutique et alimentaire partent des territoires », a insisté la Bretagne, qui suggère par exemple de mettre en place un cadre européen pour encourager les circuits courts et locaux et pour favoriser la création de marques et labels régionaux. Des appels qui ont certes trouvé écho dans la stratégie – la Commission parle de consolider le cadre législatif sur les indications géographiques, renforcer la résilience des systèmes alimentaires régionaux et locaux, créer des chaînes d’approvisionnement plus courtes. Mais sans véritable engagement concret à ce stade.

(1)    https://bit.ly/3dmR0zq

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°380 - Juin 2020
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).