Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Pratique
novembre 2020
Numérique, réseaux sociaux

Illectronisme : évaluer les besoins et structurer les formations

Communes et EPCI sont en première ligne dans la lutte contre l'illectronisme. Ils doivent bien identifier les besoins, les formations disponibles et coordonner les intervenants.

Olivier DEVILLIERS
Illustration
© Ville de Montrouge
L’illectronisme, néologisme créé pour désigner toutes les personnes qui ont des difficultés à utiliser les outils et services numériques, touche au moins 13 millions de Français. Érigée en priorité nationale par l’État, qui affecte 250 Me à l’accompagnement humain dans le cadre du plan de relance, la lutte contre l’illectronisme repose en grande partie sur la mobilisation des territoires. Les collectivités sont invitées notamment à déployer des «pass numériques » pour permettre aux usagers d’être accompagnés gratuitement. Le préalable à ce pass est cependant de réaliser un état des lieux des besoins et de l’offre de formation pour bâtir un véritable parcours d’inclusion. 

De quoi parle-t-on ? Dans un rapport publié en septembre 2020, le Sénat rappelle que la révolution numérique est venue sans «mode d’emploi » et que la «fracture numérique » est née avec internet. Longtemps réduite à la problématique de l’accès aux infrastructures ou à une fracture générationnelle, elle se révèle complexe et, surtout, tenace. Avec la notion «d’illectronisme », créée en 1999 par analogie avec l’illettrisme, la fracture est appréhendée comme un déficit d’apprentissage. Celui-ci concerne avant tout les plus fragiles tout en traversant l’ensemble de la société française, notent les sénateurs : «L’exclusion par la compétence est plus marquée chez les seniors et l’exclusion matérielle chez les précaires. Il convient cependant de rappeler que ces deux faces de l’illectronisme s’alimentent mutuellement, rendant peu pertinente l’analyse isolée de l’une et de l’autre. » En termes quantitatifs, elle touchait 17 % de la population française en 2019 selon l’Insee qui se fonde sur deux critères : ne pas posséder les compétences numériques de base (envoyer des mails, utiliser des logiciels, etc.) ou ne pas se servir d’internet.

Montrouge : un «parcours numérique pour tous » en 5 étapes 
1 Savoir lire et écrire : cible les personnes illettrées et passe par un accompagnement ad hoc.
2 Assister : propose une aide à la réalisation de formalités administratives.
3 Faire avec : concerne les personnes équipées en ordinateur ou smartphone mais ne sachant pas pleinement les utiliser. 
4 Donner un coup de pouce : aide les personnes à pratiquer régulièrement pour lever toutes les difficultés.
5 Faire progresser : aide les plus motivés à s’initier aux tableurs, à l’imagerie 3D ou à d’autres technologies numériques. 

Disposer d’un diagnostic fiable. Pour les collectivités, toute la difficulté est de disposer d’un diagnostic à l’échelle locale. À la Rochelle (17), l’agglomération s’est appuyée sur « l’indice de fragilité numérique » conçu par la MedNum (coopérative des acteurs de la médiation numérique) à l’aide de données publiques (lire ci-contre). Ces statistiques ont permis de dessiner une cartographie des besoins à l’échelle des 28 communes de l’agglomération. Les données publiques sont cependant datées (2015 pour l’Insee) et ne descendent pas au-dessous de la maille de l’iris, unité de base qui agglomère 2 000 habitants. Un niveau d’analyse insuffisant pour déterminer la nature des besoins en formation. Les statistiques peuvent en outre être trompeuses. « Dans un quartier universitaire par exemple, le bon niveau de connaissance informatique des étudiants devra être pondéré par la présence d’étudiants étrangers désemparés face aux formalités administratives françaises… », illustre Jérôme Valais, chef de projets numériques à la communauté d’agglomération de La Rochelle. Un manque de granularité qui a poussé la collectivité à mener une enquête terrain pour interroger ceux qui sont au plus près des publics fragiles : agents d’accueil du CCAS, guichets municipaux, antenne Pôle emploi, maisons de quartier… Avec, à la clé, une vision qualitative de l’illectronisme et un repérage des agents des services publics susceptibles d’orienter, demain, les usagers dans le parcours de formation.

Cartographier les structures d’accompagnement. Une autre étape consiste à répertorier l’offre de formation et à fédérer les acteurs autour d’une stratégie d’inclusion numérique. Les dispositifs se réclamant de la lutte contre l’illectronisme sont nombreux : EPN, PIMMS, bus numériques, tiers-lieux, maisons France Service, etc. L’un des enjeux des stratégies territoriales est de mieux les coordonner. «À Montrouge, nous nous sommes aperçus qu’une multitude d’organismes et d’associations proposaient une aide numérique mais chacun le faisait dans son coin, avec parfois des doublons et des méthodes très différentes », explique Pascal Hureau, adjoint au maire de Montrouge (92). La cartographie des acteurs réalisée par la ville a ainsi permis d’identifier «qui faisait quoi pour quel type de public ». Tous ces acteurs sont désormais appelés à travailler en réseau en partageant notamment contenus pédagogiques et méthode. Un parcours de formation en cinq étapes a été co-construit (lire ci-contre). La cartographie des structures, également réalisée à La Rochelle, est enfin à croiser avec celle des besoins : «Elle indique aux élus les secteurs où il n’y a rien et aide à déterminer l’implantation de nouveaux lieux de médiation.»

Désigner des référents. Si toutes les communes – rurales notamment – n’ont pas vocation à accueillir une structure de formation à l’inclusion numérique, leur mobilisation est indispensable pour l’aiguillage des usagers. À Lens-Liévin, dont l’agglomération fait partie des territoires pilotes sur le déploiement du pass numérique, les communes ont été invitées à formaliser leur engagement par une délibération. Celle-ci désigne un ou plusieurs agents chargés de repérer les personnes rencontrant des difficultés : outillage, maniement des outils, réalisation de formalités, etc. Formés par l’EPCI en une demi-journée, ils disposent d’un questionnaire type pour qualifier les difficultés de l’usager et pouvoir ainsi correctement l’orienter. Car ces agents seront dépositaires des pass numériques et responsables de leur distribution. L’EPCI a fait l’acquisition de 4 000 pass répartis aux 36 communes membres avec une part fixe et une autre dépendant des caractéristiques socio-économiques des communes.

Financement : Le pass numérique. Le pass numérique, cofinancé par l’État et les collectivités, n’intervient qu’en dernière étape pour contribuer au financement des formations. 
Concrètement, il s’agit d’un chèque, d’une valeur unitaire de 10 euros, distribué par carnets de 5 ou 10, dont la vocation est de financer les formateurs. Les carnets sont acquis par les collectivités (ou par d’autres acteurs comme les CAF, La Poste, Pôle emploi) auprès de l’Aptic, seul organisme habilité par l’État à les éditer. L’Aptic est par ailleurs chargé de labelliser les structures proposant des formations numériques. Il a identifié 129 besoins numériques s’articulant autour de trois axes : découvrir, maîtriser et augmenter son pouvoir d’agir. 400 lieux avaient été labellisés mi-2020 (la carte est consultable sur le site www.aptic.fr), chiffre qui devrait monter à 1 000 d’ici la fin 2020. Les modalités de financement et la mécanique des pass numériques sont cependant en cours de remise à plat dans le cadre du plan de relance. Le montant unitaire des chèques est notamment jugé très insuffisant pour aider au financement de structures d’accompagnement pérennes. 

Ressources      
• « L’illectronisme ne disparaîtra pas d’un coup de tablette magique ! », rapport d’information n° 711 de Raymond Vall, fait au nom de la mission illectronisme et inclusion numérique, déposé le 17 septembre 2020. www.senat.fr 
• La MedNum : https://lamednum.coop/
• Portail de la médiation numérique : www.mediation-numerique.fr/
• Pass numérique : https://societenumerique.gouv.fr 
www.aptic.fr 
Avis d’expert
Emma Ghariani
, directrice du développement à La MedNum
« La MedNum est une coopérative soutenue par l’État chargée d’accompagner et d’outiller les professionnels de la médiation numérique. Agir contre l’illectronisme a pour préalable une connaissance des besoins. C’est ainsi que nous avons imaginé un “indice de fragilité numérique”, complémentaire des études qualitatives. Mené avec l’appui du SGAR Occitanie et de l’Agence nouvelle des solidarités actives, ce projet a aussi associé le Sicoval et l’agglomération de la Rochelle. Cet indice vise à cartographier les zones de fragilité numérique en croisant des données publiques issues de l’Insee (profil socio-économique), du Crédoc (équipement et usages du numérique) et de l’Arcep (couverture réseau). D’un point de vue opérationnel, il permet aux élus de mieux cibler l’implantation des espaces de formation au numérique. Concrètement, il consiste en un tableur Excel qu’il faut alimenter avec les données du territoire que l’on souhaite analyser. Il est disponible en téléchargement sur notre site avec une méthodologie pour se l’approprier. Nous avons cependant conscience qu’il exige des compétences que ne possèdent pas tous les territoires. C’est pourquoi la MedNum travaille sur une plateforme cartographique ouverte à tous, permettant de visualiser les zones de fragilité numérique. »
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°384 - Novembre 2020
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).