Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France


Pratique
novembre 2020
Culture

Préserver le patrimoine de proximité non protégé

Organisme privé à but non lucratif, la Fondation du patrimoine intervient, depuis près de 25 ans, notamment auprès des petites communes. Par Sophie LE GALL  

© Mairie d'Arc-sur-Tille
Missions. «Nous sommes le premier partenaire des communes et des propriétaires privés dans leurs projets de sauvetage de leur patrimoine et dans l’organisation de leur campagne d’appel aux dons », explique Célia Verot, directrice générale de la Fondation du patrimoine. Depuis 1996, la Fondation promeut la mise en valeur du patrimoine bâti et paysager non protégé au titre des monuments historiques ; contribue à l’identification des édifices et des sites menacés de dégradation et de disparition ; suscite et organise les partenariats publics-privés entre les associations de protection du patrimoine, les pouvoirs publics nationaux et locaux, et les entreprises désireuses d’engager des actions de mécénat culturel. Elle participe directement aux actions de restauration, et favorise la création d’emplois et la transmission des savoir-faire dans le cadre de ces rénovations. 
La Fondation délivre un label (étendu, depuis 2020, aux villes de moins de 20 000 hab.) qui permet aux propriétaires privés de bénéficier notamment d’une aide fiscale. Elle aide les collectivités et associations porteuses d’un projet à lancer des souscriptions. La Fondation est également partenaire de la mission Bern (loto du patrimoine). Chaque année, son activité permet de lancer environ 3 000 opérations d’appel aux dons dans 80 % des cas en faveur de communes de moins de 2 000 habitants.

Organisation. La Fondation est organisée en 22 délégations régionales (sur le découpage des anciennes régions), un réseau animé par environ 70 salariés et 600 bénévoles, ces derniers étant souvent d’anciens chefs d’entreprise ou d’anciens élus « qui ont à cœur la défense des richesses locales et qui sont sensibles à leur impact économique et social sur le territoire », souligne Célia Verot. Pour leurs projets, les élus locaux peuvent entrer en contact, via la délégation régionale, avec des «délégués de pays », positionnés à l’échelle des intercommunalités.  

Actions. En plus de l’animation des collectes de dons et du soutien logistique et méthodologique à destination des porteurs de projets de sauvegarde, la Fondation développe des programmes thématisés. Les élus locaux seront tout particulièrement intéressés par le programme « Patrimoine emploi », qui soutient les projets de restauration patrimoniale supports de chantiers d’insertion, et par le programme « Patrimoine naturel » pour des projets situés notamment dans des espaces protégés et des espaces naturels sensibles.  

Jean-Christophe Bonnard, délégué régional bénévole Bourgogne-Franche-Comté
« Je suis en contact avec les élus locaux par l’intermédiaire de mon équipe de bénévoles, chacun ayant en charge une cinquantaine de communes. Notre rôle principal est de guider les porteurs de 
projets dans les arcanes des demandes de subvention et d’animer le processus de souscription. 
Nous conseillons directement les élus. Nous pouvons les aider à susciter 
la création d’une associ tion locale afin qu’ils soient en partie déchargés de la gestion du projet. »

 

Une commune, un projet
À l’horizon 2021, les habitants d’Arc-sur-Tille (Côte-d’Or, 2 700 hab.) devraient enfin pouvoir profiter de la rénovation de leur église, actée en 2003 et qui a débuté en 2013. « Ce sera l’aboutissement d’une longue aventure humaine », résume Patrick Morelière, son maire. L’église Saint-Martin, datant de 1829, a été fermée en 1989 en raison de son délabrement et fut, un temps, promise à la démolition. L’association locale « Une église pour Arc-sur-Tille (UEPA) » s’est mobilisée dès 1991 pour sa sauvegarde et a gagné le soutien de la municipalité. Des travaux ont pu être lancés en s’appuyant sur une souscription nationale organisée avec le concours de la Fondation du patrimoine. « La validation de notre projet par la Fondation a eu un effet d’entraînement. Nous avons pu compter sur les aides financières de l’État, de la région et du conseil départemental », se félicite André Fanjaud, président de l’UEPA. « Nous avons hâte de voir revivre l’église, un lieu cultuel et un espace d’animation et de rassemblement », ajoute Patrick ­Morelière.
 

Cette article a été publié dans l'édition :

n°384 - Novembre 2020
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Découvrez la nouvelle formule

AVRIL 2021 N°389
Dossiers d'actualité
EUROPE

Les fonds européens expliqués aux élus locaux

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).