Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
mars 2019
Social Développement économique

Ille-et-Vilaine : vers le plein emploi pour tous

À Pipriac et Saint-Ganton (3 699 et 418 hab., Ille-et-Vilaine), le point accueil emploi anime la démarche « Territoires zéro chômeur ». L'implication des maires est décisive.

Frédéric VILLE
Illustration
© PAE Pipriac
Le projet Territoires zéro chômeur (TZC) me paraissait utopique, mais tout n’avait pas été essayé encore sur Pipriac et Saint-Ganton », explique Marcel Bouvier, maire de Pipriac qui, avec Saint-Ganton, est l’un des dix territoires retenus au plan national pour l’expérimentation Territoires zéro chômeur initiée par ATD Quart-Monde (lire ci-­dessous). Ici, le projet est porté par le point accueil emploi (PAE). Après un courrier des deux maires à tous les chômeurs recensés sur les deux communes, «fin 2016, 172 entretiens ont été réalisés par le PAE et 85 personnes étaient volontaires », précise Marcel Bouvier. Le PAE, en lien avec un comité local présidé par les deux maires, a alors identifié les besoins non pourvus du territoire, sans concurrencer le secteur marchand, et créé en 2017 l’entreprise à but d’emploi (EBE) Tezea pour recruter en CDI les chômeurs de longue durée, avec des financements de l’État et du département (correspondant au coût du chômage) et du PAE. Les 74 salariés de Tezea font des tâches variées correspondant aux compétences de chacun : petite maintenance au collège, lavage intérieur de véhicules, tri de factures, débroussaillage, épicerie ambulante en lien avec 5 commerces locaux, etc. Avant de signer leur contrat, ces personnes ont bénéficié d’une formation d’adaptation de 25 jours, avec le concours de la région.
Si les mairies ne financent pas le PAE, elles procurent du travail : entretien d’espaces verts en complément des services de la mairie, sécurité aux abords des écoles. Soit 4 équivalents temps plein (ETP) à Pipriac en complément des 33 de la collectivité et environ 1 ETP à Saint-Ganton. L’expérimentation fait tomber les préjugés : « Des chômeurs nous disaient essuyer des regards de défiance, les chefs d’entreprise pensaient que “ce sont des fainéants” », observe Marcel Bouvier. La situation sociale locale s’améliore : « La fréquentation des associations caritatives, les demandes d’aide sociale baissent. Et la consommation augmente », se réjouit Denis Prost, en charge de l’expérimentation au sein du PAE. 

Pas de concurrence déloyale 

Mais que faire des quatre ou cinq salariés « qui n’ont pas de culture du travail » ? Pour l’instant, Tezea n’a pas licencié, se contentant parfois de mises à pied. Ces EBE ne sont pas une fin en soi. « Un chômeur qui est à mi-temps doit garder son emploi et ne prendre qu’un mi-temps à Tezea », note Marcel Bouvier. Les entreprises veillent à cela, comme elles veillent à ce que le secteur marchand ne soit pas concurrencé. Surtout, les salariés doivent aller ailleurs pour progresser. Déjà, 4 salariés de Tezea sont sortis en CDI et 14 en CDD ou en intérim, sur 74 personnes recrutées.
Seule la moitié des chômeurs contactés ont intégré le dispositif, « en raison de déménagements, formations, obtention de travail ailleurs, soucis de santé ou familiaux… », explique Denis Prost.
« L’argent public ne couvrant pas tout, le chiffre d’affaires doit progresser », déclare Denis Prost. De plus, pour que Tezea puisse continuer, les dépenses totales de fonctionnement et celles nécessaires au démarrage devront être inférieures ou égales au coût du chômage total. Denis Prost est confiant : « Nous allons aussi calculer les effets bénéfiques non prévus : gains sur les impôts pour les collectivités, réduction des aides sociales versées, etc. ». Selon le maire de Pipriac, « il ne reste plus qu’environ 15 personnes privées d’emploi depuis un an habitant Pipriac et Saint-Ganton et volontaires pour être embauchées par Tezea ! L’objectif d’employer tout le monde semble maintenant à portée de main ! » 

En savoir + 
• https://tezea.fr/ 
• PAE de Pipriac. Tél. 02 99 34 36 91.

En application de la loi du 29 février 2016, 10 territoires urbains et ruraux, de 5 000 à 10 000 hab., désignés par l’État, sont pour cinq ans « Territoires zéro chômeur de longue durée » (1). Il s’agit de réaffecter les coûts directs et indirects du chômage d’exclusion (16 à 17 000 e au minimum en 2017) pour financer des emplois dédiés aux chômeurs de longue durée, sans dépenses supplémentaires pour la collectivité et sans concurrencer l’économie locale. Fin 2018, 691 personnes étaient embauchées dans les entreprises à but d’emploi des 10 territoires. En tout, ce sont plus de 770 emplois qui ont été créés. Déjà, de nouveaux territoires sont volontaires pour entrer dans une deuxième étape expérimentale en 2019. (1) www.tzcld.fr

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°366 - Mars 2019
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).