Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Pratique
avril 2021
Citoyenneté Écoles, éducation, alimentation

Service civique : recruter des jeunes volontaires

Les collectivités peuvent les engager de six à douze mois. Ils assurent des missions d'intérêt général. Par Caroline Saint-André

© Anne-Claire Dhennin

 " Le service civique a un impact triplement gagnant : pour le jeune, pour la structure qui l’accueille, mais aussi pour la solidarité et la cohésion sociale ». Pour Béatrice Angrand, présidente de l’Agence du service civique depuis 2019, c’est aussi un vecteur de « démultiplicateur des politiques locales » : en engageant des volontaires, la collectivité répond directement aux besoins de sa population. La crise sanitaire suscite un engouement des candidats et des recruteurs : depuis septembre 2020, les entrées en service civique ont bondi de 20 %. Et le 500 000e contrat d’engagement a été signé le 10 mars 2021.  
 

I - Une réponse à la crise

Pour qui ?
Les candidats doivent avoir entre 16 et 25 ans (30 ans en cas de handicap), sans condition de diplômes.
43 % des jeunes s’engagent après le bac : dans le contexte actuel, le service civique peut aussi être une réponse à la crise sociale. Le volontaire bénéficie d’une protection sociale complète prise en charge par l’état, de droits à la retraite, de droits à la formation. Il peut cumuler son service civique avec un statut de salarié et/ou d’étudiant.

6 % de jeunes exercent un service civique dans une collectivité ou un EPCI (dont 70 % au sein de CC).
1 500 jeunes engagés auprès de 5 000 collectivités (Source : Agence du service civique)

Quelles missions ?
Elles doivent être d’intérêt général, mais se distinguer des activités des agents publics, contrats aidés et stagiaires. Inclusion numérique, solidarité intergénérationnelle : les besoins ne manquent pas. Neuf domaines d’action sont ciblés par le référentiel de l’Agence : la solidarité, l’environnement, le sport, la culture, l’éducation, la santé, l’intervention d’urgence, la mémoire et la citoyenneté, l’aide humanitaire. Les missions s’adaptent à la crise. 10 000 missions de service civique seront encore réalisées auprès de personnes âgées résidant en EHPAD, isolées ou vulnérables socialement, a annoncé, le 1er décembre dernier, Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’autonomie.

Quel coût ? Le service civique est peu coûteux pour les structures d’accueil : 80 % de l’indemnité versée au volontaire (580,62 euros/mois) sont financés par l’État – soit un reste à charge mensuel d’un peu plus de 100 euros pour la structure accueillante.  
 

II - Comment recruter ?

Qui peut recruter ? Toutes les collectivités et organismes publics associés peuvent recruter un ou plusieurs volontaires : communes, EPCI, syndicats, pôles d’équilibre territoriaux et ruraux, départements, régions, CCAS/CIAS, caisse des écoles, maisons départementales des personnes handicapées, offices publics de l’habitat, etc.

Agrément. Il existe deux moyens pour engager un volontaire : être agréé en tant qu’organisme d’accueil, à titre individuel ou collectif, par le référent territorial service civique (pour les communes et communautés de communes, il s’agit de la direction départementale interministérielle chargée de la cohésion sociale) ; ou recruter des volontaires proposés par une collectivité ou une association déjà agréée (intermédiation). Les demandes d’agrément se font désormais en ligne, sur le site service-civique.gouv.fr.

Accueil. Première étape du recrutement : concevoir un projet d’accueil pour accompagner le volontaire tout au long de sa mission (de 6 à 12 mois, 24 heures minimum par semaine) et l’adapter à ses besoins. Une fois finalisée, l’offre de mission est publiée sur le site dédié. Le jeune recruté doit être suivi par un tuteur au sein de la collectivité, dont la formation est assurée par l’État (le tuteur peut accompagner un ou plusieurs volontaires). Le volontaire reçoit, lui, une formation civique et citoyenne de deux jours minimum et une formation aux premiers secours (PSC1) d’un jour, financées par l’état. à noter : la mise en œuvre de service civique est limitée dans le temps, l’emploi de service civique ne peut en effet remplacer un poste pérenne.
 

Ruralité : engagez-vous ! 
Un appel à manifestation d’intérêt « jeunes engagés dans la ruralité » a été récemment lancé, à titre expérimental, par l’Agence du ­service civique. Objectif : appuyer, dans 15 départements (dont l’Aveyron, le Cher, l’Eure, le Finistère, les Hautes-Alpes, La Réunion ou les Landes), l’accueil de volontaires en zone rurale. Une subvention de l’État pourra être accordée aux communautés de communes et communautés d’agglomération incluant des ­territoires ruraux dans les départements concernés. Dans le Val d’Adour (Hautes-­Pyrénées), 75 communes se sont ainsi rassem­blées pour recruter des volontaires (épicerie solidaire, visites à des personnes ­isolées, etc.).

 

Cet article a été publié dans l'édition :

n°389 - AVRIL 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).