Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Votre mandat
novembre 2021
Développement économique Retour d'expérience

Le maire et la boulangerie

Maire de Sambin (920 habitants, Loir-et-Cher) depuis 2020, Guy Vasseur s'est mobilisé pour la réouverture de la boulangerie, cet été, au terme d'une longue procédure.

Propos recueillis par Bruno Leprat
Illustration
Guy Vasseur, maire de Sambin (920 habitants, Loir-et-Cher).

 

Éviction. «Tout commence après le confinement. À partir de mai 2020, notre boulangerie bat de l’aile. C’est un coup dur. Un village sans boulangerie, ce sont de nouvelles habitudes pour les clients, qui s’approvisionnent ailleurs. C’est aussi la fragilisation de nos autres commerces : une boucherie, une épicerie et un restaurant. Je ne suis pas surpris. Avant de devenir maire, j’avais fait mon enquête. Le boulanger ne m’avait pas paru sérieux. Après mon élection, en 2020, j’ai continué d’en apprendre de belles sur lui, en découvrant qu’il s’agissait d’un escroc qui ne payait pas ses loyers ni sa farine, et multipliait les commerces illicites. En juin, je lance avec le concours d’un avocat une procédure d’éviction car les murs de ce commerce appartiennent à la commune. En août, la boulangerie ferme totalement. »

Chance. «Je cherche aussi un repreneur, toujours à la location. Je suis d’autant plus motivé que le précédent boulanger n’est resté que deux ans. J’aimerais stabiliser les choses. Nous voyons du monde, je pars à la découverte de possibles candidats et mange pas mal de pain pour tester les produits ! Je mets mes réseaux en alerte – en tant qu’ancien président de la chambre d’agriculture, je suis pourvu de contacts. À partir de septembre 2020, nous examinons une demi-douzaine de candidatures, certaines de personnes peu sérieuses, d’autres – de jeunes – qui ne seront pas, hélas, suivis par les banques. Nous avons finalement de la chance : le boulanger d’un village voisin veut ouvrir une autre affaire, pas simplement un dépôt de pain. Il va investir 120 000 euros, notamment dans un fournil, trouver sa clientèle, etc. Depuis la réouverture cet été, tout se passe bien. »

Lenteurs. «Le plus dur fut de récupérer les locaux, boutique et logement. Car tant que la société du boulanger véreux n’était pas dissoute, même s’il ne réglait pas les loyers, nous ne pouvions rien faire. Un jour, il a essayé de vendre, via Leboncoin, des matériels dont il n’avait pas remboursé les emprunts. La gendarmerie est intervenue, j’étais en vacances : j’ai passé six heures au téléphone avec mon adjoint. Le tribunal a enfin prononcé la liquidation. Tout le conseil municipal a retroussé ses manches et déblayé, repeint et ré-agencé les lieux. À moindre coût, nous avons recréé une belle boulangerie, qui a accueilli le professionnel tant attendu. Je suis soulagé aujourd’hui, mais cette saga nous a coûté 30 000 euros de frais, prêts non remboursés et loyers impayés. »
 

Ce qu’il retient

Rester patient : «Le tribunal et les huissiers vont à leur rythme… Pendant qu’ils instruisaient notre demande de récupération du local, la boulangerie était fermée, nous ne pouvions pas disposer des lieux pour installer le successeur. Je les ai harcelés pour qu’ils accélèrent l’étude de notre demande. »
Être réactif : «Il ne faut pas rester dans sa mairie, et faire jouer ses réseaux. Je suis allé à l’autre bout de la région pour goûter des gâteaux et des baguettes d’un boulanger ­aspirant à venir ici ! J’ai aussi contacté son maire pour savoir s’il était fiable. »
Anticiper les besoins : «Il faut être à l’écoute des commerçants. Depuis mon entrée en fonction, je leur ai aménagé un parking privatif pour leurs employés. Et, au printemps, nous repeindrons leurs façades afin que les automobilistes qui traversent Sambin s’arrêtent plus volontiers. »

 

Remerciements

« Je remercie mon prédécesseur à la mairie qui, en 2002, a regroupé les commerces au cœur du bourg, dans des locaux achetés par la commune. C’était innovant et audacieux. Ce regroupement a été essentiel pour leur pérennité. Bravo aussi à la chambre de métiers, à l’agglomération de Blois et au département qui ont soutenu la réouverture de la boulangerie. Enfin, je félicite le banquier de nous avoir prêté 40 000 euros à 0,15 % sur dix ans pour restaurer la boulangerie (et la boucherie dont nous refaisons la porte). Cette somme a été utile et d’autres projets (école, gymnase, etc.) en profiteront. »

 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance


Raccourci : mairesdefrance.com/1027
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°395 - NOVEMBRE 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).