Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
septembre 2020
Culture Développement économique

Le livre comme outil de développement culturel

Bécherel (Ille-et-Vilaine, 669 habitants). Cette commune bretonne est devenue en 1989 un « village du livre ». Un projet à caractère culturel et économique.

Frédéric VILLE
Illustration
© Freddy Rapin
Portée par une association, la Fête du livre rassemble entre 1 500 à 3 000 personnes autour de libraires, métiers d'art, artistes... qui se sont sédentarisés, au fil du temps, dans le village.
Bécherel compte aujourd’hui quatorze librairies, deux éditeurs, un calligraphe, un calligraphe-­enlumineur, un relieur, deux illustrateurs, des artistes et peintres, un céramiste, un photographe… Cette « Cité du livre » est née en 1989, à l’initiative de l’association Savenn Douar qui ambitionnait de créer « une entreprise culturelle en milieu rural rimant avec autonomie et solidarité », avec « quelques personnes au cœur du projet, vivant déjà sur cette commune », explique Mélina Parmentier, maire depuis 2014 et réélue en 2020. La commune avait des atouts : Petite Cité de caractère depuis 1978, bien située sur l’axe Rennes-Saint-Brieuc, proche de Saint-Malo. « Du fait de la désertification rurale, deux maisons sur trois étaient à vendre, les commerces disparus : la place était donc libre », poursuit-elle.
Après une visite au Village du livre de Redu, en Belgique, quelques bénévoles lancent la première Fête du livre en 1989, avec des libraires, bouquinistes, éditeurs… et des animations. Le tout sous un chapiteau loué et dans les rez-de-chaussée des maisons à vendre. Succès immédiat. Libraires et bouquinistes arrivent dès 1989 : « Souvent itinérants sur les marchés et salons et sans pas de porte, ils se sont installés en achetant ou en louant à moindre coût des maisons à la commune ou à des propriétaires privés, précise Mélina Parmentier. « Au départ, la municipalité n’était pas motrice du développement du projet », se souvient la maire. Les professionnels du livre étaient eux-mêmes les ambassadeurs du projet Cité du livre porté par l’association Savenn Douar. Les anciennes maisons deviennent progressivement les repaires de libraires, bouquinistes, créateurs et artisans d’art, ouvertes toute l’année. En 1991, la Cité du livre est gérée par une nouvelle association, le « Comité de concertation pour le développement de Bécherel – Cité du livre » qui réunit professionnels, bénévoles et élus. Au fil du temps, les animations se multiplient. La Fête du livre a toujours lieu le week-end de Pâques, la Nuit du livre début août. Chaque premier dimanche du mois se déroule un marché du livre, de mars à décembre. 
En 2011, la communauté de communes du Pays de Bécherel se dote d’une « Maison du livre », dont Rennes Métropole reprend la gestion en 2014 après sa fusion avec la communauté de communes. Outre l’organisation de la Fête du livre et de la Nuit du livre, la Maison du Livre (4 salariés) organise à Bécherel, dans ou hors de ses murs, des expositions, des lectures à voix haute, des résidences d’artistes, des activités pédagogiques auprès des scolaires, des partenariats, stages et ateliers autour du livre.

Une Maison du livre

« On ne promeut pas seulement le livre comme objet, on valorise les écritures : théâtre, poésie, peinture, danse…, résume Valérie Auvergne, directrice de la Maison du livre. L’idée est de montrer qu’on peut venir plus d’une fois par an à Bécherel. » Le budget annuel de la maison du livre est d’environ 330 000 e pour l’action ­culturelle, le personnel et les frais de fonctionnement avec des aides de la région (7 500 e par an), du département (19 000 e par an), de la Direction régionale des affaires culturelles (8 000 e par an). Le Centre national du livre apporte son concours aux résidences d’auteurs via une convention signée avec la région.
Si l’office de tourisme a quitté Bécherel, la Société publique locale, « Destination Rennes », organise des visites guidées du village. La mairie apporte son soutien logistique, avec 1,5 agent technique et une première adjointe collaborant à l’organisation des expositions et événements.
Les retombées économiques sont réelles : « la combinaison Cité de caractère-Cité du livre a généré un tourisme culturel à l’année, dont bénéficient les commerçants, les restaurants et chambres d’hôtes », apprécie la maire.                 

Les villages du livre se structurent
Le concept de «Village du livre » a démarré au Pays de Galles en 1962. Bécherel fut le premier en France, rejoint depuis par Montolieu (Aude), Fontenoy-la-Joûte (Meurthe-et-Moselle), ­Cuisery (Saône-et-Loire), La Charité-sur-Loire (Nièvre), Montmorillon (Vienne), Ambierle (Loire) et Esquelbecq (Nord), rassemblant tous des professionnels du livre (bouquinistes, relieurs, calligraphes, papetiers, éditeurs, imprimeurs…) et proposant animations, expositions, fêtes... Le réseau se structure en 2012 en une «fédération des villes, cités et villages du Livre en France » qui se retrouvent au Salon annuel du livre rare et ancien à Paris (1) dont la prochaine édition devrait se tenir du 18 au 20 septembre. (1) www.salondulivrerare.paris
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).