Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
décembre 2020
Numérique, réseaux sociaux

Dordogne : se doter d'un plan d'adressage

Le syndicat mixte Périgord numérique et l'Agence technique départementale ont aidé les communes dans leur démarche. Par Olivier Devillers

Illustration
Les élus de Beaupouyet (24) ont été formés par l'ATD pour entrer la numérotation des rues dans la base de données départementale.
Un colis laissé sur le parvis de l’église, un échec de raccordement à la fibre optique ou, beaucoup plus grave, un malade qui n’a pu être sauvé à temps par les secours… Quel est le point commun entre ces événements ? Un problème d’adressage, donnée indispensable aux livreurs, aux opérateurs comme au SAMU. «En Dordogne, le sujet a pris une dimension critique en 2016 avec la problématique de raccordement des habitations au réseau départemental FTTH (fibre optique jusqu’au domicile). Un certain nombre de communes avaient un plan d’adressage mais à peine 20 % des adresses étaient aux normes. Or, pour raccorder un futur abonné, les opérateurs ont besoin d’une “ hexaclé ”, autrement dit une adresse aux normes de La Poste », explique Léo Huerta, en charge du système d’information géographique (SIG) au syndicat mixte Périgord numérique. Pour mener à bien un projet qui a des impacts importants sur le fonctionnement des services publics, le syndicat s’est associé à l’association départementale des maires, au SDIS et à l’Agence technique départementale (ATD 24).

Se plonger dans l'histoire du territoire

Cette dernière avait en effet, en plus d’une bonne connaissance des communes, un SIG à même de gérer le volet numérique du projet. Les communes ont été mobilisées pour déterminer les noms en ayant pour principale règle de trouver des appellations originales, distinctes du lieu-dit, ce dernier pouvant être accolé à celui de la commune. «Les élus comme les habitants sont extrêmement attachés à leurs lieux-dits. En clair, pas question de remplacer des toponymes chargés d’histoire par des rues des tilleuls ou autre nom d’arbre et d’oiseau », souligne Léa Pérez, du service SIG de l’ATD.

Concrètement, l’opération a commencé par un conventionnement entre chaque commune et l’ATD 24. Celle-ci a facturé 500 euros la prestation d’accompagnement, quelle que soit la taille de la commune et jusqu’à la pose des plaques de rue. Une méthodologie et de grands plans papier ont été fournis aux conseils municipaux, qui ont souvent associé les habitants à la démarche. «Ces plans grand format sont essentiels pour l’adhésion des communes à un projet perçu au départ comme très technique, alors qu’il est aussi l’occasion de se plonger dans l’histoire du territoire », note Léa Pérez. Une fois les noms choisis, les secrétaires de mairie ont été formé(e)s pour la numérotation des rues via une application du SIG de l’ATD.

Cette opération, réalisée bâtiment par bâtiment, est la plus délicate car il s’agit de n’oublier personne. «Nous avons fait le choix de privilégier une numérotation métrique – correspondant à la distance depuis le début de la rue – car elle est très utile pour les services de secours qui savent exactement la distance à parcourir pour se rendre à une adresse donnée », précise Léo Huerta. Une fois ce travail réalisé, les communes ont été invitées à délibérer pour créer officiellement les adresses. Elles ont pu, dès lors, commander les panneaux – 2 000 à 4 000 euros pour 200 adresses en fonction des matériaux utilisés – et notifier à leurs habitants leur nouvelle adresse. L’ATD s’est ensuite chargée de la «dissémination » de l’adresse, une «étape essentielle car une adresse ne sert à rien si elle n’est pas utilisée ».Transmises à l’IGN, à La Poste et à la DGFiP, les adresses ont aussi été publiées sur la base adresse nationale (BAN) et sur OpenStreetMap. Cette dernière plateforme a permis de restituer aux communes leur travail sous forme d’un «plan de ville », avec la liste des noms de voies. Quant à Google – très attendu par les élus et les habitants –, le géant américain a annoncé récemment accepter de récupérer ces données dans la BAN.

 

Le projet en bref
Objectif : doter toutes les communes d’un plan d’adressage normalisé, afin d’améliorer le fonctionnement des services publics et raccorder les habitants à la fibre optique.
Démarche : associer les communes aux choix des noms et à la numérotation des rues.
Résultat : en septembre 2020, une centaine de communes avaient finalisé la démarche, 245 ayant conventionné avec l’ATD24. 6000 points de contact ont été créés et intégrés à la base adresse nationale.
Limites : le délai de prise en compte des nouvelles adresses est très variable d’un service public à l’autre. Il peut prendre plusieurs mois pour Enedis ou EDF.

 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°385 - Décembre 2020
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).