Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Pratique
décembre 2020
Coopération décentralisée

Action internationale : agir en respectant le cadre juridique

Les collectivités peuvent nouer des partenariats avec des autorités locales étrangères autour de projets communs, dans un cadre fixé par la loi. Par Fabienne Nedey

Illustration
© Adobestock
Les communes et intercommunalités ont la possibilité d’agir au niveau international, une compétence reconnue depuis la loi d’orientation du 6 février 1992 qui les autorise à signer des conventions avec des autorités locales étrangères. L’action à l’international, ou action extérieure des collectivités territoriales (AECT), est devenue, avec la loi n° 2007-147 du 2 février 2007, un domaine d’action institutionnalisé et une compétence propre des collectivités. Elle couvre un champ plus large que la coopération décentralisée stricto sensu.

I. QU’EST-CE QUE L’AECT ?

L’article L. 1115-1 du CGCT, dans sa rédaction issue de la loi du 7 juillet 2014 d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale (LOP-DSI), apporte une définition générale de l’AECT : «dans le respect des engagements internationaux de la France, les collectivités territoriales et leurs groupements peuvent mettre en œuvre ou soutenir toute action internationale annuelle ou pluriannuelle de coopération, d’aide au développement, ou à caractère humanitaire ». Cette large définition inclut notamment le jumelage, les pactes et chartes d’amitié, les dons humanitaires, la coopération décentralisée.

Une circulaire du 24 mai 2018 résume le cadre juridique actuel de l’action extérieure des collectivités territoriales (NOR : INTB1809792C). Un Mémento de l’AMF sur l’action extérieure des collectivités territoriales rappelle ce cadre d’action, identifie les principaux partenaires institutionnels des collectivités et fournit une liste de contacts utiles (www.amf.asso.fr, réf. BW40330. Lire aussi p. 63 dans ce numéro).

II. COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE : UNE CONVENTION OBLIGATOIRE

La condition sine qua non pour monter un projet de coopération est d’avoir une collectivité locale étrangère partenaire. La coopération décentralisée implique la signature d’une convention entre la collectivité française et la collectivité étrangère. Cette convention est soumise au contrôle de légalité du préfet. Elle doit indiquer l’objet des actions envisagées ainsi que le montant prévisionnel des engagements financiers. Les collectivités peuvent s’adresser à la Délégation aux affaires extérieures des collectivités territoriales (DAECT) du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ou aux conseillers diplomatiques en région (https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/liste_des_cdpr_novembre_2020_cle8aac1c.pdf).

III. MODALITÉS DE MISE EN ŒUVRE

La volonté d’inscrire sa commune ou son EPCI dans une action internationale est avant tout une volonté politique, portée par les exécutifs locaux. Elle est autorisée par une délibération du conseil ou de l’assemblée délibérante. Une fois son projet d’action internationale constitué, il y a différents moyens de le mettre en œuvre: avec les seuls moyens de sa collectivité et en portant directement son projet, en mutualisant son action avec d’autres collectivités territoriales, en déléguant la mise en œuvre du programme ou projet à des opérateurs, en soutenant un autre projet par diverses formes (prêts de locaux, de RH, etc.). Les projets menés génèrent des effets positifs non seulement pour les territoires extérieurs qui en bénéficient, mais également au sein des territoires français qui les engagent.

IV. LE MÉCANISME DES « 1 % »

Dans les domaines de l’eau, de l’énergie, des déchets (www.amf.asso.fr, réf. BW24791), les communes et les groupements ont la possibilité de recourir à un mécanisme de financement dit des «1 % ». Ce dispositif les autorise à utiliser 1 % de leurs ressources pour financer des projets internationaux dans ces domaines. Ce mécanisme sera étendu au secteur des transports lors de la révision de la LOP-DSI, récemment engagée : son entrée en vigueur devrait avoir lieu prochainement.

 

Chiffres clés
Sur les 4700 collectivités françaises engagées dans l’AECT, 81 % sont des communes, 7,5 % des structures intercommunales, 7 % des régions et 4,5 % des départements. Elles sont actives dans 134 pays, avec 8150 partenaires étrangers pour 10440 partenariats. Elles agissent principalement dans les domaines de l’éducation, du social, de la recherche (28 %), de l’économie durable (24 %), de la culture et du patrimoine (19 %), des actions humanitaires et de la coopération transfrontalière (15 %), de l’environnement, du climat et de l’énergie (14 %). Elles contribuent à hauteur de 116,1 millions d’€ à l’aide publique au développement, laquelle s’élève au niveau national à 10,3 milliards d’€.
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°385 - Décembre 2020
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).