Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Votre mandat
décembre 2020
Administration générale

Les points clés pour bien s'assurer

À l'heure où les recours juridictionnels à l'encontre des collectivités et de leurs élus, mais aussi les agressions, se multiplient, être bien assuré est impératif. Par Christophe Robert

Il revient à la commune d’accorder sa «protection fonctionnelle » aux élus. Mais ces derniers doivent aussi être couverts par une assurance personnelle qu’ils paient directement.

1 Distinguer les situations

Certains élus bénéficient, dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions, de protections juridiques assurée par la commune (art. L.212334 et L2123-35 du Code général des collectivités territoriales - CGCT). On parle de «protection fonctionnelle» de la part de la collectivité. Mais si l’élu commet une faute «détachable» de l’exercice de ses fonctions, c’est alors sa responsabilité personnelle qui sera engagée (Cour de cassation, Civ.1, 25 janvier 2017, n° 1510.852). Or, pour la jurisprudence, «le conseil municipal ne peut légalement mettre à la charge du budget communal les frais exposés pour la défense du maire faisant l’objet de poursuites pénales que si les faits commis par le maire ne sont pas détachables de l’exercice de ses fonctions »(CAA de Bordeaux, 25 mai 1998, n° 96BX01847).

2 Les protections par la commune

Il revient à la commune d’accorder sa protection «au maire, à l’élu municipal le suppléant ou ayant reçu une délégation ou à l’un de ces élus ayant cessé ses fonctions »qui font l’objet de poursuite pénale ou qui sont victimes, eux ou leur famille, d’injures, menaces ou outrages. Nouveauté introduite par la loi «engagement et proximité » du 27 décembre 2019, le CGCT prévoit désormais l’obligation, pour toutes les communes, de souscrire un contrat d’assurance visant à couvrir, pour ces deux risques, le conseil juridique, l’assistance psychologique et les coûts résultant de ces obligations de protection. Dans les communes de moins de 3500 habitants, les primes d’assurance acquittées pour ces contrats font l’objet d’une compensation unique par l’État, versée automatiquement (art. D.2123-29.-I du CGCT).
Aussi importe-t-il que tous les élus exécutifs (maires, adjoints, conseillers délégués, exécutifs communautaires, etc.) soient couverts à titre préventif par une assurance personnelle garantissant les frais relatifs à leur défense, mais aussi la prise en charge pécuniaire au titre de leur responsabilité civile ou administrative. Cette assurance complètera utilement la protection assurée par la commune.

3 L’assurance personnelle

L’assurance personnelle doit comporter deux garanties principales : la prise en charge des conséquences pécuniaires de la faute personnelle (y compris pour les fautes commises dans la tenue des registres d’état civil, par exemple). Et la protection juridique, à savoir la défense de l’élu devant les juridictions pénales, civiles, administratives et financières. C’est l’élu (et non la collectivité) qui paie cette assurance personnelle.
Attention : les condamnations pénales ne sont pas prises en charge par les assureurs. Ainsi, lorsqu’un élu est reconnu coupable de faits intentionnels par une décision de justice, son assureur peut lui demander le remboursement des sommes exposées. De même, si les conséquences civiles d’une infraction pénale peuvent être garanties, c’est à la condition que cette infraction pénale ne constitue pas une faute intentionnelle inassurable.

Un contrat d’assurance personnelle par mandat
Lorsque l’élu municipal en charge de fonctions exécutives (maire, adjoint, conseiller délégué) exerce plusieurs mandats (président ou vice-président d’EPCI, conseiller communautaire délégué, président d’OPHLM, etc.), il lui est recommandé de souscrire un contrat d’assurance personnelle par mandat ou, à tout le moins, de bien vérifier que le contrat souscrit couvre bien les différents mandats exercés.
Le maire ne doit pas oublier de bien préciser dans le contrat la liste des différentes délégations accordées aux adjoints, conseillers municipaux, vice-présidents, conseillers communautaires afin que les responsabilités soient clairement établies.

 

4 Prévoir une garantie subséquente

Un élu peut être poursuivi alors même qu’il n’exerce plus son mandat. D’où l’intérêt de demander à son assureur une garantie «subséquente ». Cette clause permettra de garantir que le contrat d’assurance personnelle couvrira également les conséquences, survenues au-delà du mandat, des faits et actes commis dans le cadre de ce dernier. Cette garantie ne peut être inférieure à cinq années après la fin du mandat.

5 Quelques conseils

Prendre soin de vérifier que le contrat prévoit bien la liberté de choisir son avocat et qu’il précise également les modalités de règlement de ses honoraires. Certaines compagnies proposent des réductions de prime significatives lorsque plusieurs élus adhèrent au contrat. Attention à la souscription d’un contrat personnel chez le même assureur que celui de sa commune. Nul ne sait en effet ce qu’il pourrait advenir en cas de litige opposant un élu à sa collectivité…

Infos pratiques
• «Statut de l’élu(e) : décryptage des textes réglementaires », Maires de France, n° 383, octobre 2020,
p. 52.
• La brochure «Statut de l’élu(e) local(e) de l’AMF, pp. 68-73. www.amf.asso.fr (réf. BW7828). https://www.amf.asso.fr/documents-statut-lelue-locale-brmise-jour-doctobre-2020/7828
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°385 - Décembre 2020
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).