Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
mai 2021
Santé

Répondre à l'urgence de la santé mentale

La communauté de communes Aunis Atlantique (Charente-Maritime) a vu son contrat local labellisé en 2020. Par Sophie le gall

Un collectif s'est créé pour mieux comprendre et accompagner les personnes en souffrance psychique.
Le projet d’un contrat local de santé mentale (CLSM) sur le territoire de la communauté de communes Aunis Atlantique (30 000 habitants, 20 communes) remonte aux années 2015-2016 « quand les acteurs sociaux – le conseil départemental, les centres sociaux ou encore la mission locale – ont ouvert une réflexion collective sur le sujet, à l’occasion notamment des difficultés rencontrées par les agents pour accompagner l’insertion professionnelle de personnes touchées par une addiction à l’alcool », retrace Cécile Desplantes, directrice du centre intercommunal d’action sociale (CIAS) qui porte le CLSM. Soucieux de proposer une meilleure prise en charge de la santé mentale, ce collectif s’est tourné vers l’hôpital psychiatrique de La Rochelle, « qui a très vite accepté de valider la démarche » de réflexion collective, se félicite Cécile ­Desplantes. Les premières actions de sensibilisation à la préservation et à la prise en charge de la santé mentale ont été lancées par un noyau dur composé du groupe hospitalier, de la communauté et de l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (UNAFAM). Le grand public peut ainsi assister, notamment, à des manifestations organisées dans le cadre de la semaine d’information sur la santé mentale, dont la 32e édition aura lieu du 4 au 17 octobre 2021, autour de la thématique suivante : « Santé mentale et respect des droits ». Le collectif a entrepris, en 2019, une formalisation de sa démarche en candidatant à un appel à projet pour l’obtention du label « conseil local en santé mentale », lancé par l’Agence régionale de santé (ARS). Cette démarche a abouti en 2020 et lui a permis de solliciter des subventions de l’ARS pour développer de nouvelles actions. Actuellement, le CLSM d’Aunis Atlantique dispose, en plus de l’implication de la responsable du CIAS, d’un poste de coordinateur, en partie financé par l’ARS Nouvelle Aquitaine (la collectivité complétant).  
 

Un rôle de coordination

Le CLSM intervient dans de nombreux domaines, parmi lesquels le développement des compétences psychosociales dès le plus jeune âge et la prise en compte des formes spécifiques de souffrance (addictions et violences conjugales). Il permet aux acteurs en première ligne (élus, travailleurs sociaux et médico-sociaux, policiers municipaux, etc.), auxquels il dispense des formations, de repérer les personnes en souffrance. Le CLSM favorise aussi la lisibilité des dispositifs et des acteurs ressources pour les usagers et les intervenants dans le parcours de santé. « Depuis le début de la crise sanitaire, je remarque que le sujet de la santé mentale n’est plus un tabou, notamment pour le grand public. Tout le monde se sent concerné. Une évolution qui permet d’espérer un recul de la stigmatisation qui pèse sur les malades », espère la directrice du CIAS. Pour Nadia Boireau, élue à la communauté de communes en charge de la vie sociale et de la santé et présidente du CLSM, la visibilité donnée par le label CLSM est « un atout pour convaincre des professionnels de santé médicaux et paramédicaux de venir s’installer sur le territoire, qui en a tant besoin. Actuellement, les habitants doivent faire plusieurs dizaines de kilomètres pour rencontrer des spécialistes et nous comptons des familles en détresse qui renoncent à engager un suivi, en partie pour une question de mobilité. Un psychologue vient de s’installer sur la commune dont je suis la maire (Courçon, 1 800 habitants) et il est débordé. Grâce au CLSM, et également au contrat local de santé, ils sont assurés de pouvoir bénéficier de l’accueil et de l’appui de réseaux constitués et très actifs », conclut-elle.

 

Des CLSM renforcés
Un CLSM est un espace de concertation et de coordination entre les élus, la psychiatrie, les représentants des usagers, les aidants et l’ensemble des professionnels du territoire, pour définir des actions permettant l’amélioration de la santé mentale de la population. Début 2021, le centre national de ressources et d’appui aux CLSM (CCOMS) comptabilisait 262 CLSM actifs – contre une trentaine en 2010 – et 63 en projet. L’année 2020 a vu la mise en route de seulement 18 instances, en raison de la crise liée à la Covid-19. Le Centre national a entrepris de sensibiliser les élus à l’importance d’une telle démarche et a contacté 3 900 communes en ce sens.
En savoir + : clsm-ccoms.org  

 

Contact
Lucie Le Gourrierec, ­chargée de mission contrat local de santé à la communauté de communes d’Aunis.
[email protected] 

Cet article a été publié dans l'édition :

n°390 - MAI 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).