Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Votre mandat
octobre 2021
Fonction publique Santé Social Votre mandat

Le maire et le reclassement

Maire de Ploumilliau (2 500 hab., Côtes-d'Armor), Yann Kergoat s'est mobilisé depuis un an pour accueillir dans ses services un agent de l'Ehpad communal.

Propos recueillis par Bruno Leprat
Illustration
Yann Kergoat, maire de Ploumilliau (2 500 habitants, Côtes-d'Armor)

 

Souffrance. «En tant que maire, je préside l’établissement d’hébergement des personnes âgées dépendantes. Un jour de septembre 2020, je suis convoqué en réunion avec la directrice de l’Ehpad, une de ses agents et une syndicaliste. Cette agente de soins hospitaliers (ASH) cumule les arrêts de travail depuis plusieurs années à cause d’un dos abimé. Je découvre le dossier, sa souffrance et aussitôt, je pense qu’on peut la reclasser à la bibliothèque communale. Celle-ci est animée par des bénévoles et je veux de longue date leur adjoindre un agent à mi-temps. Quelques semaines plus tard, j’évoque ce projet avec mes adjoints : ils me donnent leur accord et je reçois l’agente. Elle est abasourdie qu’enfin on s’occupe d’elle et accepte la mobilité. Je convaincs la directrice d’Ehpad et informe le Centre départemental de gestion (CDG), qui apprécie qu’une commune de 30 agents favorise un reclassement plutôt qu’un licenciement. »

Stage. «L’agente travaillera 28 heures par semaine : elle s’occupera de la bibliothèque à mi-temps, et je planifie qu’elle soit, l’autre mi-temps, à l’accueil de la mairie. En février 2021, nous lui proposons un stage pour se familiariser avec la mission d’accueil. Cela se passe mal. Elle ne trouve pas sa place, maîtrise trop peu l’informatique ou les métiers de la mairie. Nous interrompons le stage, je suis ennuyé et l’agente prend un coup au moral. Ma DGS et moi lui cherchons une autre affectation dans les différents services. Avec sa douleur au dos, elle ne peut faire des tâches trop physiques. Nous voyons le CDG et convenons que, de toute façon, elle se formera à la bureautique. »

Confiance. «Mi-juillet, j’ai une idée. À la suite d’un départ, la cantine est en réorganisation et je vois la possibilité que l’agente d’Ehpad accompagne les écoliers lors du déjeuner. Requinquée, elle accepte. Ainsi, en plus des 14 heures à la bibliothèque, elle s’occupera des enfants 10 heures par semaine et, en plus, pour atteindre ces 28 heures/ semaine, je lui propose 4 heures hebdomadaires de ménage (en faisant attention à son dos) dans la bibliothèque. Là encore, elle accepte et même, s’avère heureuse d’avoir tant de responsabilités en un seul lieu. Aujourd’hui, je suis confiant. Une fiche de poste a été écrite et une procédure nous permettra de la recruter. Au 1er novembre, elle nous rejoindra et trouvera sa place – d’ici là, elle se forme. Du côté de l’Ehpad, où cette ASH était régulièrement remplacée par des salariés précaires, nous allons recruter. Nous stabiliserons l’emploi et gagnerons en qualité des soins. »
 

Ce qu’il retient

Veiller sur son personnel : « Il est important d’avoir un œil sur ses agents, surtout ceux qui parlent peu. Parmi eux se trouvent ceux qui sont en souffrance, abîmés par le travail. C’est à l’employeur de les identifier et de les inviter à exprimer leurs difficultés. »
Être imaginatif : «Une petite mairie a peu de métiers. Mais un reclassement n’y est pas impossible. Il faut connaître les “talents” de ses agents et, grâce à ces talents – la gentillesse, l’ingéniosité… –, ils pourront être affectés à une autre fonction que leur fonction d’origine. »
Ne pas s’obstiner : «On ne peut pas toujours reclasser. J’ai un agent qui est en arrêt depuis dix-huit mois. Marqué par un incident de service, il ne veut pas revenir à son poste ni à un autre. Malheureusement, je vais être contraint de le licencier. »

 

Remerciements
« Je remercie la direction de l’EHPAD, mes services et mes adjoints, qui ont compris que cet agent du médico-social pouvait migrer vers un métier d’animation culturelle ou scolaire. Je salue aussi le centre départemental de gestion (CDG) qui nous a très bien conseillé. Son intervention a un coût mais gérer les ressources humaines est une compétence que ma DGS et moi n’avons pas. Le CDG est un partenaire des maires car j’ai déjà suivi une formation en urbanisme et une autre est prévue sur la transition écologique. »

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°394 - OCTOBRE 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).