Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
mars 2020
Transports, mobilité, voirie

Agir en faveur du vélo  dans une petite ville

Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais, 9 871 habitants) déploie depuis 2014 un plan global en faveur du vélo : aménagements, dessertes, intermodalité, pédagogie, etc.

Frédéric VILLE
Illustration
© Mairie d'Aire-sur-Lys
Les vélos à assistance électrique, mis à disposition par la mairie entre avril  et octobre, sont notamment utilisés par les touristes.
La ville d’Aire-sur-la-Lys n’est pas par hasard la seule des Hauts-de-France à avoir obtenu le label « Territoire vélo », en 2019, décerné par la Fédération française de cyclisme. Elle possède à ce jour 12 km de pistes cyclables. La politique en faveur du vélo a commencé en 2009 avec l’aide de l’Agence d’urbanisme et de développement du pays de Saint-Omer qui réalise alors un schéma global de déplacements doux sur la commune, en deux volets : faisabilité puis avant-projet. « Notre chance, c’était de bénéficier du passage de l’EuroVélo 5 (ndlr : véloroute en cours de réalisation entre Londres et Brindisi), une colonne vertébrale sur laquelle nous connecter », explique Jean-Claude ­Dissaux, maire d’Aire-sur-la-Lys.
En 2014, le bureau d’études établit un schéma de programmation 2015-2020 sur la ville et ses 15 hameaux, la commune étant avec 33 km2, l’une des plus grandes du Pas-de-Calais. En 2015, le conseil départemental achève une partie de l’EuroVélo 5 entre Aire-sur-la-Lys et Wittes (3,5 km), traversant notamment l’espace naturel constitué par les anciennes ballastières. En 2018, tout le centre-ville passe en zone 30, des pistes cyclables sont aménagées et des sens uniques à vélo créés. En 2019, l’aménagement d’un site propre permet l’accès au collège Jean Jaurès en piste cyclable, totalement séparée des cars et voitures. 

Depuis 2018, la ville a investi 500 000 euros pour aménager ses pistes et voies cyclables.

Intermodalité

Désormais, les lotissements sont desservis par des pistes cyclables. C’est le cas de l’écoquartier de la ZAC de Saint-Quentin/Moulin-le-Comte en cours de réalisation. Le déploiement du schéma cyclable continue avec la desserte des hameaux et autres espaces naturels. Vingt pose-vélos parsèment la ville. 
La mairie pense aussi à l’intermodalité. Après avoir obtenu la création d’une ligne directe de bus par la communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer, entre l’aire de covoiturage réalisée il y a cinq ans avec le soutien du département et la gare d’Isbergues (ligne Paris-Dunkerque), la commune fait construire un abri-vélo sur cette aire. Elle met à disposition des habitants et touristes 50 vélos à assistance électrique (VAE), en mairie, entre avril et octobre. 
La conception des pistes cyclables s’est faite avec le conseil des Bâtiments de France, la commune disposant de monuments historiques classés sur son territoire. D’où une attention portée aux matériaux : sable roulé ou collé, pavés, béton lavé. La réflexion apportée par le schéma a été primordiale : « On ne veut pas de pistes cyclables non fréquentées… Le long de voies départementales sur 20 ou 30 km, ça ne sert à rien, note le maire. Nous desservons plutôt la gare ou le dernier km. »
La mairie a fait de la pédagogie à l’égard des élèves des écoles primaires : « Nous avons posé des panneaux “Vous êtes à 5 minutes de l’école en vélo” », précise Jean-Claude Dissaux. La preuve par l’exemple est importante : « Les élus et moi-même nous nous rendons aux assemblées générales des associations à vélo… »
Avec cette politique pour laquelle la ville investit 500 000 e par an depuis 2018, Aire-sur-la-Lys semble entrée dans un cercle vertueux. En 2015, la ville accueillait un séminaire sur le vélo. « Deux commerçants se sont installés récemment, depuis que les pistes cyclables ont été réalisées, l’un spécialisé en VAE, giropodes, trottinettes électriques, l’autre marchand et réparateur de vélos classiques. Tous deux étudient un projet de locations le dimanche », se réjouit le maire.                  

Un appel à projets «continuités cyclables »
Pour concrétiser la mise en œuvre du Plan vélo, l’État a annoncé l’ouverture du 2e appel à projets du Fonds mobilités actives « Continuités cyclables 2020 » (1), doté de 50 Me pour soutenir le déploiement d’itinéraires cyclables continus dans tous les territoires. Ceux-ci font en effet parfois face à des discontinuités (rocades urbaines, voies ferrées, etc.) qui peuvent être dangereuses et découragent des cyclistes. Le Fonds mobilités actives s’inscrit en complémentarité de l’appel à projets « Vélo et territoires » de l’Ademe, financé via la dotation de soutien à l’investissement local (2). ­Clôture des dossiers : le 31 mai.


 

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°377 - mars 2020
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).