Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Europe
octobre 2021
Environnement Sécurité - sécurité civile

Catastrophes naturelles. L'Europe pourrait repenser ses instruments de solidarité

L'été meurtrier a mis sous pression les mécanismes de soutien de l'Europe. La fréquence et l'ampleur des événements montrent leurs limites.

Isabelle Smets
Illustration
© AdobeStock
Bruxelles pourrait créer un nouveau fonds régional spécifique d'adaptation au changement climatique.
Plus de 7 000 hectares de forêts partis en fumée dans le Var, inondations dévastatrices en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg et aux Pays-Bas, feux de forêts, encore, en Grèce et en Italie. Et à chaque fois, des vies emportées. L’été 2021 a de nouveau vu l’Europe frappée de plein fouet par des catastrophes naturelles que l’on sait appelées à se répéter de plus en plus souvent et avec davantage de virulence. Leur ampleur amène les députés européens à lancer le débat sur ce que peut et doit faire l’Europe pour mieux se préparer à ces événements dévastateurs.

« Le choc est immense et nous découvrons notre fragilité, celle des régions européennes, devant les catastrophes climatiques », a déploré Younous Omarjee, président de la commission de la politique régionale du Parlement européen, qui a convoqué un débat en urgence sur le sujet en session plénière, à la mi-septembre.

Avec ses collègues, il appelle à la création d’un nouveau Fonds régional spécifique d’adaptation au changement climatique. «Pour engager les travaux nécessaires sur les infrastructures afin de les rendre pérennes. Les milliards d’investissements nécessaires seront toujours inférieurs au coût de l’inaction », insiste l’eurodéputé.

La balle est dans le camp de la Commission européenne : en effet, créer un tel Fonds nécessite, au préalable, de soumettre une proposition concrète aux États membres et aux députés. Le débat est aussi lancé sur l’adaptation des instruments de réaction immédiate de l’Union européenne face à de telles catastrophes. Au cœur de l’été, la solidarité européenne s’est vite mise en place via le mécanisme européen de protection civile.
 

Budget sous pression

Quand l’ampleur d’une situation d’urgence dépasse les capacités de réaction d’un pays, celui-ci peut toujours appeler l’aide des voisins européens par l’intermédiaire de ce mécanisme créé en 2001. Un centre de coordination basé à Bruxelles fonctionne 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Il mobilise et coordonne alors l’envoi d’hélicoptères, de bateaux, d’avions, d’équipes de secours, avec des frais d’acheminement pris en charge par l’Union européenne (UE) à hauteur d’au moins 75 %. Cet été, la France a ainsi répondu présent pour dépêcher véhicules et secouristes notamment en Grèce, en Italie et en Belgique.

Si, depuis 2019, le mécanisme s’est enrichi d’une réserve propre de matériel, entre autres des hélicoptères et des avions type Canadair, l’ampleur des événements, cet été, en a aussi laissé entrevoir les limites. Rien qu’avec les incendies dans le sud de l’Europe, l’UE a coordonné, outre l’acheminement d’avions et d’hélicoptères, l’envoi de pas moins de 1 300 pompiers. «La plus grande brigade que nous ayons jamais déployée. Nous avons utilisé toutes les capacités et si nous en avions eu davantage, nous les aurions aussi utilisées », a indiqué le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarcic.

C’est un fait : les catastrophes à répétition et leur virulence inédite mettent le mécanisme – et son budget – sous pression. Avant le pic de cette année, son activation avait déjà grimpé en flèche ces dernières années. D’une moyenne de 20 mobilisations par an entre 2001 et 2019, on est monté à 102 activations en 2020. «Et pour 2021, on devrait arriver à 120 », a prédit le commissaire. Selon lui, il est donc «urgent » d’entamer une réflexion sur le renforcement des capacités d’intervention «à la fois au niveau européen et dans les États ».

Même démarche pour cet autre instrument d’aide emblématique qu’est le Fonds de solidarité de l’UE. Créé en réponse à de graves inondations qui ont touché l’Europe centrale, à l’été 2002, ce fonds (lire ci-dessus) intervient en aval pour rembourser une partie des dégâts causés par les grosses catastrophes régionales et, depuis le Covid-19, pour soutenir les dépenses en équipements médicaux et aide à la population en cas d’urgence sanitaire majeure.

Avant l’été, l’UE annonçait encore qu’elle débloquerait plus de 50 M€ du Fonds pour aider la région Provence-Alpes-Côte d’Azur à se relever des dommages causés par la tempête Alex en octobre 2020 (lire Maires de France n° 389 d’avril 2021, pp. 10-11).

Mais voilà : les interventions liées à la crise sanitaire combinées aux demandes liées aux catastrophes naturelles ont déjà complètement asséché les ressources pour 2021. Et les demandes, elles, continuent à arriver. «Chypre a déjà soumis une demande et nous savons que d’autres États comptent le faire », a indiqué la Commission. Pour de nombreux députés, il est désormais temps de renforcer cet instrument de solidarité et, au passage, d’assouplir ses modalités d’intervention.
 

Le Fonds de solidarité de l'Union européenne
Depuis 2002, le Fonds de solidarité de l’Union européenne (UE) est déjà intervenu à hauteur de plus de 5,5 milliards d’euros. La plus importante aide s’est élevée à 1,2 milliard d’euros accordés à l’Italie après les tremblements de terre dans le centre du pays en 2016 et 2017. La France figure aussi parmi les principaux bénéficiaires : entre 2002 et fin 2019, elle a reçu plus de 250 millions d’euros, derrière l’Italie et l’Allemagne.
Depuis, le Fonds est encore intervenu en France à la suite de la tempête Alex en Provence-Alpes-Côte d’Azur, et de la crise sanitaire. Paris n’a envoyé aucune nouvelle demande d’intervention en 2021.

Pour 2021-2027, la Commission européenne avait proposé pour ce Fonds une enveloppe annuelle propre d’1 Md€. Mais au terme des négociations budgétaires, il a finalement été fusionné avec une autre réserve d’aide pour une dotation globale de 1,2 Md€. Ce qui rend sa dotation finale incertaine.


Lire aussi notre article :

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°394 - OCTOBRE 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).