Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Interco et territoires
juin 2021
Sécurité - sécurité civile Transports, mobilité, voirie

La Dordogne reprend de la vitesse

Depuis mars, le département a rétabli la vitesse maximale autorisée à 90 km/h sur une partie de son réseau routier. Par Monique Castro

Illustration
© D. Nidoscd
Les 10 tronçons concernés par la mesure doivent être notamment dépourvus de croisement et d'arrêts pour transports en commun.
Le 15 mars 2021, une partie du réseau routier départemental de la Dordogne, soit 287 km sur les 5 000 km que gère le département, est repassée à 90 km/h. La Dordogne a ainsi rejoint la Charente et la Corrèze voisines qui l’avait précédée dans cette démarche autorisée par la loi d’orientation des mobilités (LOM) du 24 décembre 2019. Cette décision intervient presque trois ans après la réduction par l’État, à 80 km/h, de la vitesse autorisée sur les routes à double-sens de circulation sans terre-plein central, intervenue le 1er juillet 2018. L’objectif de la collectivité est « d’améliorer la fluidité de la circulation en toute sécurité ». « Au départ, nous avions décidé de repasser près du quart de notre réseau à 90km/h, soit environ 1 200 km, explique Germinal Peiro, président du conseil départemental de la Dordogne. Les services de l’État trouvaient que 1 200 km c’était trop. » La collectivité a retenu les routes qui correspondent aux recommandations du Conseil national de sécurité routière (CNSR). Elles doivent mesurer plus de 10 km, être dotées de séparations physiques, de bandes d’alerte sonore, dépourvues de tourne-à-gauche, de croisements, d’arrêts pour transports en commun et de passages d’engins agricoles.
 

Avis divergents

Dix tronçons, représentant seulement 6 % du réseau départemental, ont été retenus pour passer à 90 km/h. Pour chacun d’entre eux, le président du département a dû prendre un arrêté motivé, voté par la commission départementale de sécurité routière, tandis que la préfecture et la Prévention routière se sont exprimées contre ce retour aux 90 km/h. Ces tronçons permettent de traverser le département d’est en ouest et du nord au sud. Sur ces axes routiers, des panneaux sont installés tous les 3 km pour rappeler aux automobilistes cette nouvelle limitation de vitesse. Au total, 780 panneaux ont été achetés et installés par la collectivité pour un montant de 70 000 euros. « Il y a eu des récriminations quand on est passé à 80 km/h, se souvient Germinal Peiro. Les personnes ne comprenaient pas que la vitesse soit réduite sur toutes les routes, surtout quand elles sont confortables. Ils mettaient en avant qu’il était impossible de doubler un camion à cette allure-là. » Cependant, l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) a réalisé une étude, parue en 2018, pointant que c’est le réseau principal, c’est-à-dire le plus confortable, qui enregistre 55 % d’accidents mortels. « C’est exactement ce que j’ai constaté avec le passage à 80 km/h, souligne Daniel Julliot, membre fondateur de la Fédération française des motards en colères de Dordogne et membre de la commission départementale de sécurité routière. En roulant à cette vitesse-là, les automobilistes font moins attention. » Germinal Peiro abonde dans son sens : « On s’est même aperçu que, pendant les premiers mois du passage aux 80 km/h, il y a eu quelques accidents mortels supplémentaires. » Directeur de l’Union départementale des maires de la Dordogne, Claude Rey indique, pour sa part, que les élus et la population n’ont pas encore vu l’intérêt du passage à 80 km/h. Il rappelle que la vitesse n’est pas toujours la cause des accidents dans ce département comptant 46 % de personnes âgées de plus de 65 ans, contre 18 % au niveau national : « Des accidents sont parfois dus à des malaises. » Dans un an, le département réalisera un bilan de ce passage à 90 km/h. Dans cet intervalle, il rappelle aux automobilistes que «c’est par leur prudence, l’adaptation de leur conduite aux conditions de circulation, le respect des vitesses autorisées et des distances de sécurité qu’ils manifesteront de la meilleure des façons leur adhésion à cette initiative du département ».

 

Chiffres clés
Selon la Ligue de défense des conducteurs (www.liguedescon ducteurs.org), qui tient à jour la liste des départements qui repassent ou pas sur les 80 km/h, fin avril, 37 départements avaient décidé de passer tout ou partie de leur réseau routier départemental à 90 km/h, 42 de rester à 80 km/h, les autres hésitant encore. Le 16 avril, l’assemblée départementale du Gers a voté le passage de 350 km de routes à 90 km/h. La commission départementale de la Sécurité routière doit se prononcer.
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°391 - JUIN 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).