Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Pratique
juin 2021
Marchés publics

Commande publique. L'essentiel de la réforme des CCAG

Une version actualisée des cahiers des clauses administratives générales (CCAG) est parue début avril. Focus sur les avantages de cet outil. Par Fabienne Nedey

Illustration
© AdobeStock
Les cahiers des clauses administratives générales (CCAG) sont des documents facultatifs mais incontournables au service d’un achat public performant. Ils sont, avec les cahiers des clauses techniques générales (CCTG), des documents généraux auxquels les acheteurs peuvent se référer pour définir les clauses d’exécution de leurs marchés publics. Ce sont des documents contractuels applicables aux marchés publics qui y font explicitement référence, étant entendu que le marché peut lui même y déroger dans le cahier des clauses administratives particulières (CCAP). Ils déterminent les droits et obligations des cocontractants sur toute la vie du contrat : délais d’exécution, sous-traitance, garanties et assurances, prix et paiement, prestations supplémentaires, pénalités, admission et réception, résiliation, ajournement et règlement des différends, etc. Ils sont approuvés par arrêté ministériel. Leur application est facultative « mais ils sont massivement utilisés par les acheteurs publics, constate Mélodie Bianco Beneitez, conseillère technique commande publique à l’AMF. Ils sont très utiles notamment pour la procédure de passation sans publicité ni mise en concurrence préalables, appelée technique des trois devis (en dessous de 40 000 € HT pour les fournitures et services et 100 000 € HT pour les marchés de travaux), pour laquelle, dans la plupart des cas, un cahier des charges n’a pas été rédigé par l’acheteur public. »  
 

I - Les objectifs de la réforme

Plus de dix ans après l’entrée en vigueur des cinq CCAG de 2009, il était devenu indispensable de les réformer. Sur le papier, les enjeux étaient de les actualiser pour tenir compte des évolutions du droit de la commande publique, de les adapter aux prestations de maîtrise d’œuvre, de rééquilibrer les relations contractuelles, notamment pour garantir un meilleur accès des PME à la commande publique, de les moderniser afin qu’ils deviennent des outils au service des grands enjeux actuels (développement durable, dématérialisation, etc.) et, enfin, de tirer les enseignements de difficultés rencontrées dans l’exécution des marchés durant la crise sanitaire.  
 

À retenir
Outre la mise en cohérence avec les évolutions législatives, réglementaires et jurisprudentielles intervenues depuis plus de dix ans, la révision des CCAG fait de ces documents des outils au service de l’efficacité de la commande publique, en introduisant davantage d’échanges contradictoires dans les relations contractuelles, en facilitant l’accès des PME aux marchés, en intégrant des préoccupations sociales et environnementales, en recourant à la dématérialisation et en valorisant des modes de règlement amiable des conflits. 

 

II - Période transitoire

La révision a été le fruit d’un important chantier de concertation avec les parties prenantes, auquel l’AMF a activement participé. Le processus a duré dix-huit mois. Il a abouti à l’approbation de six CCAG (dont un nouveau, le CCAG-MOE, applicable aux marchés de maîtrise d’œuvre), publiés le 1er avril 2021. À noter : les CCAG, dans leur version de 2009, pourront être utilisés par les acheteurs jusqu’au 30 septembre 2021. Pendant cette période transitoire, en l’absence de précision expresse dans les documents particuliers du marché sur la version à laquelle le marché fait référence, l’ancienne version de 2009 s’applique par défaut.  
 

6 nouveaux CCAG en 2021
• CCAG Travaux. • CCAG Fournitures courantes et services (CCAG-FCS). • CCAG Prestations intellectuelles (CCAG-PI). • CCAG Marchés industriels (CCAG-MI) • CCAG Techniques de l’information et de la communication (CCAG-TIC). • CCAG Maîtrise d’œuvre (CCAG-MOE). Chacun est paru sous la forme d’un arrêté du 30 mars 2021 (JO du 1er/04/2021).



III - Focus sur quelques éléments clés

Création d’un sixième CCAG. Le nouveau CCAG-MOE est la grande nouveauté. Jusqu’à présent, les marchés de maîtrise d’œuvre faisaient référence au CCAG-PI (CCAG-Prestations intellectuelles) de 2009. Compte tenu du caractère général de celui-ci, de sa vocation à s’appliquer à des prestations très diverses et de la spécificité des marchés de maîtrise d’œuvre, les acheteurs étaient contraints d’y déroger de façon massive ou de rédiger un cahier des charges spécifique complet. La création d’un CCAG consacré à ces marchés était unanimement réclamée par les acteurs de la construction. Tout en reprenant de nombreuses dispositions des nouveaux CCAG-Travaux et CCAG-FCS, le CCAG-MOE vient préciser certains éléments. Par exemple, sur les assurances : l’acheteur précise au sein de son document de consultation des entreprises (DCE) les assurances facultatives qu’il a lui-même contractées pour l’opération. On notera que la plupart des acheteurs ne connaissent pas bien les assurances liées aux travaux et les garanties couvertes par leur contrat d’assurance. Sur la détermination des prix, un commentaire a été rajouté relatif au caractère prévisionnel des prix et le passage des prix provisoires aux prix définitifs. Diverses autres précisions sont apportées, par exemple sur le rappel de l’obligation du maître d’œuvre d’établir le décompte général, les seuils de tolérance, le départ des délais d’exécution en fonction des missions, les pénalités, les droits du maître d’ouvrage et des tiers désignés dans le marché, le règlement des différends, etc.

Insertion. Plusieurs volets majeurs des CCAG ont été aussi largement améliorés, notamment la question de l’insertion : un point important, très peu présent jusque-là. Par exemple, dans le CCAG-Travaux, l’article 20 concerne la clause d’insertion sociale et environnementale (très complet sur le volet insertion, plus léger sur l’environnement), avec un ajout de pénalités en cas de non-respect des obligations d’insertion. Les acheteurs devront donc piocher la solution envisagée et l’indiquer dans leur CCAP.

Dématérialisation. Les CCAG n’étaient pas du tout « 2.0 » jusqu’à présent. La dématérialisation des échanges n’était pas une thématique d’actualité en 2009. Des ajouts majeurs ont été faits en la matière. Par exemple, sur le règlement général sur la protection des données, les modalités de notification électronique des décisions, le recours à une plateforme, etc.

Avances. Parmi les modifications importantes, on peut citer une quasi généralisation des avances dans les nouveaux CCAG, « qui n’était pas, du point de vue de l’AMF, forcément nécessaire, car on perd un peu de vue que les CCAG sont un document pour les acheteurs, pas pour les entreprises », souligne Mélodie Bianco Beneitez. L’objectif retenu par l’État étant, en l’occurrence, de donner plus de possibilités aux PME d’accéder à la commande publique.

Pénalités. Même analyse pour les changements sur les plafonds des pénalités. Par exemple, dans le CCAG-FCS, le montant des pénalités ne peut excéder 10 % du montant total du marché et il y a exonération en dessous de 1 000 €. C’est typiquement l’un des sujets sur lesquels les commentaires de l’AMF n’ont pas été pris en compte : le plafonnement est resté.

Circonstances imprévisibles. De nouvelles dispositions concernent également, pour le CCAG-Travaux, l’interruption des travaux pour des événements extérieurs. Sur ce dernier sujet, les observations de l’AMF ont été retenues : les surcoûts, dans la première version, étaient à prendre en charge par le maître d’ouvrage. De même, dans le CCAG-FCS, s’agissant des circonstances exceptionnelles, les observations de l’AMF ont été prises en compte. Une coordination est nécessaire entre l’acheteur et le titulaire afin de déterminer les modalités de partage des surcoûts. 

 

Avis d'expert
Pierre Le Goff, maire de Guimaëc (29),
maire référent sur la commande publique
à l’AMF « Il va falloir faire attention aux nouveautés »
«  Cette réforme des CCAG constitue un beau toilettage. Certaines évolutions ou mises à jour étaient attendues des collectivités. Même si on peut regretter que les observations de l’AMF, lors du processus de concertation, n’aient pas toutes été prises en compte, l’effort de simplification et de pédagogie est marqué. Sur plusieurs sujets, la dématérialisation, par exemple, les choses vont dans le bon sens. Les acheteurs doivent s’y mettre : il y a un effort d’adaptation, mais, au final, on gagne beaucoup de temps. Sur l’insertion, l’intention est louable.  Sur l’environnement, c’est dans l’air du temps, même si parfois, on est un peu dans le symbole. Il faut maintenant que les acheteurs publics s’approprient ces documents, ce qui n’est pas des plus facile, dans une période où ils ont fort à faire. Il va falloir être très attentif, prendre le temps de tout relire, faire attention aux nouveautés. Dans un premier temps, ce sera énergivore. Et dans un second temps, cela ne simplifiera pas forcément non plus l’acte d’achat : il faudra souvent rédiger des dérogations. Mais le processus est quand même vertueux et adapté à l’évolution du contexte. Désormais, ce dont les acheteurs publics ont le plus besoin, c’est de stabilité : arrêtons de constamment changer les règles. »

 

Info pratique

Notice de présentation publiée par la Direction des affaires juridiques, avril 2021 : https://bit.ly/3wt8rYp 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°391 - JUIN 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).