Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
L'actu
juillet 2022
AMF Environnement Europe Sécurité - sécurité civile Tourisme

Incendies en Gironde : les premières leçons de la catastrophe

Face aux évènements climatiques extrêmes, les élus demandent une remise à plat des moyens, de l'organisation et du financement de la sécurité civile.

Xavier Brivet
Illustration
© Capture vidéo TF1info
En neuf jours, les incendies en Gironde ont brûlé plus de 20 000 hectares et détruit à plus de 90 % cinq campings de la Dune du Pilat.
Plus de 2 500 pompiers de Gironde et d’autres départements, avec le renfort de huit Canadairs et deux avions Dash mobilisés selon la préfecture de Gironde, tentaient toujours de circonscrire, mercredi 20 juillet, les deux incendies qui se sont déclarés, le 12 juillet, à La Teste-de-Buch (limitrophe d’Arcachon, accidentel) et à Landiras (dans le sud du département, d’origine criminelle). Le bilan environnemental de ces «mégafeux » de forêt est épouvantable et ne cesse de s’alourdir : à ce jour, plus de 20 000 hectares sont partis en fumée dont 6 500 dans la forêt domaniale de La Teste, classée forêt d’exception.

En huit jours, les deux foyers ont ravagé près du double de la surface totale qui brûle, en moyenne, sur l’ensemble du pays chaque année (11 000 hectares). La catastrophe n’est pas sans rappeler l’incendie qui s’était déclaré, en août 1949, à Saucats, au sud de Bordeaux, qui avait détruit 50 000 hectares et causé la mort de 80 personnes parmi lesquelles le maire de la commune.

À cela près que les incendies de juillet n’ont pas fait de victimes jusqu’à présent. Ils ont cependant nécessité, à ce stade, l’évacuation d’environ 37 000 personnes, habitants et touristes. À titre d’exemple, les cinq campings de la Dune du Pilat ont été détruits à 90 % par les flammes. Le préjudice économique des sinistres, considérable, sera très lourd.
 

Les élus demandent «  un plan de résilience »

Depuis le début des incendies, les élus locaux se mobilisent, avec le soutien de la population, pour ravitailler les soldats du feu, notamment, et accueillir les personnes évacuées. Un engagement salué par l’AMF dans un communiqué du 15 juillet. «Comme toujours dans ces situations, les maires sont un relais extraordinaire », soulignait Bernard Lauret, maire de Saint-Émilion et président de l’Association départementale des maires de Gironde, le 18 juillet, dans Maire info, louant l’élan de solidarité des élus et de leurs administrés, en première ligne pour gérer la logistique alors que le feu continuait de gagner du terrain.

Mais la polémique n’a pas tardé sur les moyens, départementaux et nationaux, disponibles en matière de sécurité civile, et leur répartition territoriale. Dès le 19 juillet, alors que les incendies n’étaient pas circonscrits, les présidents des départements de la Gironde et des Landes adressaient une lettre au chef de l’État en l’objurguant de bâtir «un plan national de résilience contre le risque incendiaire ».

Jean-Luc Gleyze et Xavier Fortinon demandent «le renforcement de la force aérienne nationale de la sécurité civile » (canadairs et Dash notamment), déterminante pour l’attaque des «feux naissants ». Ils recommandent la présence «d’un dispositif avancé dans le Sud-Ouest », alors que les avions sont actuellement basés à Nîmes (30), à plus de 500 kilomètres de Bordeaux, où ils sont entretenus. Ils ont reçu le soutien d’Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, qui estime que «le pré-positionnement des moyens aériens sur le plus grand massif forestier d’Europe est une exigence » et a plaidé en ce sens, le 20 juillet, auprès de la Première ministre.

Les présidents de départements recommandent aussi à l’État de renforcer la coordination entre les forces nationales et européennes, dans le cadre du mécanisme européen de protection civile (MEPC). En déplacement à la Teste-de-Buch et à Landiras, le 20 juillet, le président de la Rébublique a admis la nécessité d’« améliorer le déploiement des moyens nationaux » en évoquant «une capacité nationale de maintenance » et des «pré-positionnements régionaux » (lire ci-dessus). Cette réflexion sera menée «après l’été », a indiqué Emmanuel Macron.

Les présidents des départements de la Gironde et des Landes estiment dans le même temps nécessaire d’augmenter les moyens dédiés au fonctionnement des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS). Ils soulignent que le modèle de financement des SDIS repose essentiellement sur les contributions des départements, des EPCI et des communes calculées sur la base de données démographiques datant de… 2002. Ceci, alors que «380 000 habitants supplémentaires [sont] enregistrés depuis cette date » dans les deux départements, générant une hausse des interventions. Ils estiment donc «urgent » de revoir le modèle de financement fixé par la loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002.
 

Adapter les moyens aux nouveaux risques climatiques

Le financement des SDIS (matériels, effectifs…) concerne en fait toute la France. " Pour l'instant, on mobilise des sapeurs-pompiers dans les départements à faible risque pour les déployer dans les zones plus exposées, a souligné François Sauvadet, président de Départements de France, le 19 juillet, dans un communiqué. Face à la multiplication des phénomènes climatiques, ce modèle basé sur les colonnes de renfort sera à l'avenir difficilement tenable". Selon lui, " nous arrivons au bout du modèle d'organisation de la sécurité civile tel que nous le connaissons. À phénomènes nouveaux, moyens nouveaux ".

La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) ne dit pas autre chose. Elle alerte, depuis plusieurs années, sur la nécessité d’augmenter les effectifs de professionnels et de volontaires. " Nous avons, depuis vingt ans, 196 000 pompiers volontaires. C’est insuffisant. L’objectif est d’en avoir 250 000. Il faut une véritable politique publique sur le sujet du volontariat », soulignait Grégory Allione, président de la FNSPF, le 15 juin, lors d’une table ronde organisée au Sénat par la «Mission de contrôle relative à la prévention des mégafeux et à la lutte contre l’intensification et l’extension du risque incendie » créée sur le sujet, en mai, par la Haute assemblée (elle rendra ses propositions à l’automne). Il estime également urgent de «renforcer le soutien de l’État à l’investissement des SDIS qui sont aujourd’hui financés en très grande partie par les collectivités ». Et demande au gouvernement la création d’un ministère de la protection civile pour traiter l’ensemble de ces problématiques.

Dans un communiqué publié le 15 juillet, l’AMF estime aussi que «ces incendies violents doivent aussi nous conduire au niveau national à nous interroger sur notre organisation de défense contre l’incendie et les moyens qui y sont consacrés ». La lutte contre les risques majeurs est une priorité de l’AMF, qui a créé un groupe de travail sur le sujet «pour soutenir les maires dans leur effort de prévention et de gestion des risques ».

De son côté, le président de l’ADF a indiqué qu'" à l'issue de la période estivale", il organisera une réunion " pour identifier, en lien avec la Fédération nationale des sapeurs-pompiers, les problématiques à l'échelle du pays et réfléchir, avec l'État, à l'adaptation de nos moyens humains et matériels de lutte contre les phénomènes météorologiques extrêmes ". " Nouveaux matériels, recrutement de sapeurs-pompiers volontaires, maillage territorial des casernes. Réorganisation et financement de la sécurité civile, tous les sujets doivent être posés sur la table pour préparer la France à affronter les nouveaux risques climatiques ", souligne François Sauvadet.  

Les premières annonces du chef de l’État en Gironde
Emmanuel Macron s’est rendu, mercredi 20 juillet, à La Teste-de-Buch et à Landiras pour rencontrer l’ensemble des acteurs locaux (pompiers, élus, bénévoles…) mobilisés dans la lutte contre les incendies, mais aussi les professionnels du tourisme et de la restauration dont certains ont tout perdu. Aux côtés du maire de La Teste-de-Buch, le président de la République a annoncé qu’un «grand chantier national sera lancé pour replanter et gérer la forêt différemment ».

L’État aidera les professionnels du tourisme (campings notamment) à reconstruire «mais il faudra rebâtir avec des règles différentes », a-t-il souligné en précisant que l’État «édictera ces règles très vite ».

S’agissant des moyens de sécurité civile, Emmanuel Macron a admis qu’« il faudra améliorer le déploiement des moyens nationaux après l’été », en évoquant «une capacité nationale de maintenance » et des «pré-positionnements régionaux ». Actuellement, nous réquisitionnons [ces moyens] pour parer à l’urgence ». Il a souligné que l’État «a déjà modernisé sa flotte qui est l’une des plus modernes d’Europe » en évaluant à «22 » le nombre d’avions disponibles, dont les derniers «ont été financés à 100 % par l’Europe ». «En faut-il davantage ? oui », a-t-il ajouté, appelant de ses vœux une «réflexion à l’échelle européenne ».     

 

Prévention des incendies : doit mieux faire
Les élus des communes forestières veillent, avec l’Office national des forêts (ONF), les sapeurs-pompiers et les propriétaires, à l’entretien des massifs et à l’application des mesures préventives dans le cadre de la défense de la forêt contre l’incendie (DFCI : débroussaillement, aménagement des points d’eau, création et entretien des pistes, règlementation des usages…).

Mais ce volet préventif est perfectible. Dans un rapport sur la prévention des incendies de forêt et de végétation, présenté fin 2021, les députés pointent notamment les difficultés rencontrées par les maires pour faire respecter l’obligation légale de débroussaillement.

Dans un autre rapport sur la forêt usagère de la Teste-de-Buch, remis au gouvernement en janvier dernier, le CGEDD déplorait «l’impossibilité pour le maire de faire procéder aux travaux de DFCI (élargissement des pistes pour le passage des engins de secours) face à l’opposition procédurière des multiples usagers et propriétaires. Des travaux jugés pourtant comme un «impératif d’ordre public », selon l’État.

Enfin, le Sénat a pointé, dans un rapport de juillet 2021, les ratés de la réforme, en 2011, de la défense extérieure contre l’incendie (DECI, alimentation en eau des secours), très coûteuse pour les petites communes, qui aboutit à ce que «6 à 7 millions de personnes ne sont pas couvertes par cette protection ». Une proposition de loi a été déposée en juillet pour y remédier (lire Maire info du 12/07).

L’État réalise actuellement un audit de la DECI.

Dans un communiqué publié le 20 juillet, la Fédération nationale des communes forestières (FNCOFOR) et l’Association des maires ruraux de France (AMRF) «alertent de nouveau l’État sur l’urgence de renforcer les services publics forestiers » pour soutenir les actions des élus en faveur de la préservation et «de la gestion durable » de la forêt.

 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°403 - JUILLET-AOÛT 2022
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).